•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie a déclenché une vague de lobbying au Nouveau-Brunswick

Blaine Higgs entre deux drapeaux du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 1er mai 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le registre des lobbyistes du Nouveau-Brunswick démontre que plusieurs entreprises n'ont pas tardé à demander des rencontres avec les principaux élus et bureaucrates du gouvernement Higgs afin de s'assurer qu'elles puissent rester ouvertes durant la pandémie.

De grandes sociétés comme Bureau en gros (Staples), Équipements Johnston et Restaurant Brands International, qui possède Tim Hortons et Burger King, ont déployé des lobbyistes pour faire valoir qu’elles étaient essentielles.

Dans certains cas, ces entreprises ont utilisé des lobbyistes ayant des relations avec les progressistes-conservateurs.

L’entreprise Pulmonem Inc. de Dieppe affirme sur son site Web qu'elle compte tester un médicament générique existant pour traiter l'inflammation causée par COVID-19. Elle a embauché un ancien chef de cabinet pour certains ministères du Parti progressiste-conservateur du gouvernement de Bernard Lord, Éric Pelletier.

L’inscription au registre, en date du 11 mai, révèle qu'il a organisé des réunions avec des fonctionnaires du ministère de la Santé et le groupe de travail COVID-19 pour obtenir l’appui du gouvernement du Nouveau-Brunswick pour des essais cliniques d'un médicament qui pourrait être utilisé pour traiter COVID-19 .

Pendant ce temps, le lobbyiste de Halifax Robert Batherson, ancien attaché de presse de l’ex-premier ministre de la Nouvelle-Écosse John Hamm, s'est enregistré en avril pour faire pression au nom de Tim Hortons.

Selon le registre, il avait l'intention de parler au chef de cabinet de Blaine Higgs et à deux adjoints ministériels concernant les emplacements Tim Hortons au Nouveau-Brunswick fournissant des services alimentaires essentiels pendant la pandémie mondiale COVID-19 .

L'enseigne d'un restaurant Tim Hortons

L'enseigne de la chaîne Tim Hortons

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

L'ancien chef de cabinet du premier ministre libéral Brian Gallant, Jordan O'Brien, s'est lui aussi inscrit au registre pour représenter LuminUltra Technologies de Fredericton le 29 avril.

Le gouvernement Trudeau a accordé un contrat à LuminUltra deux semaines plus tôt pour fournir des produits chimiques pour 500 000 tests COVID-19 par semaine.

L’inscription ne révèle pas pourquoi O’Brien a fait du lobbying au Nouveau-Brunswick deux semaines après que le contrat ait été remporté. Il spécifie toutefois que le lobbyiste comptait parler aux sous-ministres et à d'autres hauts fonctionnaires des limites de l'ordonnance d'urgence du Nouveau-Brunswick qui empêchent les experts techniques des autres provinces de venir travailler sur un projet urgent concernant la pandémie de COVID-19 .

Le PDG de LuminUltra Technologies Pat Whalen et Jordan O'Brien n’ont pas répondu aux questions de CBC News lundi.

De nombreux intervenants

Le porte-parole du gouvernement, John McNeill, a déclaré lundi dans un communiqué envoyé par courriel que la COVID-19 avait nécessité de nombreuses actions qu'aucun d’entre nous n'avait posées auparavant .

Le gouvernement a entendu l’opinion de nombreux intervenants, notamment des citoyens, des entreprises et d'autres personnes qui ont contacté le gouvernement pour obtenir des éclaircissements sur les exigences de l’état d’urgence.

Ces entreprises qui vont de l’avant pour offrir des services essentiels correspondent exactement au type de leadership du secteur privé (...) qui nous a aidé à arriver au point où nous en sommes aujourd'hui , a-t-il déclaré.

Le lobbying comme service essentiel important

Le registre public des lobbyistes du Nouveau-Brunswick est en place depuis 2017. Toute personne rémunérée qui essaie d'influencer les gouvernements ou qui a accès aux décideurs a le devoir de s’y inscrire, qu'il s'agisse de consultants embauchés ou d'employés internes.

Le nombre considérable d'ordonnances et de politiques gouvernementales mises en place à partir de mars, lorsque les premiers cas de COVID-19 sont apparus dans la province, ont incité sept de ces lobbyistes à passer à l'action.

Le Bureau en gros de Jonquière

Une succursale Bureau en gros au Québec connu sous le nom de Staples au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Natalie Dash de Campbell Strategies Inc. s'est inscrite le 20 mars pour représenter Bureau en gros (Staples). Son objectif était d’assurer un accès continu aux produits de consommation essentiels, aux affaires, à la conciergerie et aux produits de nettoyage tout au long de la crise de COVID-19 , peut-on lire dans le registre.

Leslie Noble de Strategy Corp. s'est inscrite cinq jours plus tard pour représenter Sysco Canada, un grossiste et distributeur national de produits alimentaires.

Cet enregistrement stipule qu'elle essaierait d'organiser des réunions avec des responsables, y compris avec le premier ministre, pour offrir l'assistance de Sysco Canada dans la chaîne d'approvisionnement et la coordination de la distribution de nourriture et d'autres produits dans la lutte contre COVID-19 .

Et Marisa Maslink, lobbyiste chez McMillan Vantage, inscrite le 6 avril au nom de Johnston Equipment, comptait rencontrer le ministre de la Sécurité publique, Carl Urquhart, pour partager des informations sur la nature essentielle du travail de Johnston Equipment pendant la crise COVID-19 .

Pendant ce temps, Andrew House, un lobbyiste de Fasken Martineau DuMoulin LLP, a demandé à rencontrer M. Higgs, plusieurs ministres ainsi que la députée libérale de Moncton-Sud, Cathy Rogers, au nom d'Asurion, une société d’assurance pour les appareils électroniques.

Il a déclaré qu'il ferait du lobbying à propos des lois sur les assurances et sur la protection des consommateurs, en particulier sur la classification légale des produits de garantie électronique et ... sur les mesures d'intervention d'urgence liées au COVID-19 .

Aucun des lobbyistes n'a répondu aux demandes de commentaires de CBC News mis à part Robert Batherson.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale