•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De fausses cartes d’exemption au port du masque

Une manifestante qui s'oppose au port du masque obligatoire à Toronto brandit une carte.

D'autres faux documents au sujet de l'exemption du port du masque circulent au pays.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Un Ontarien qui souffre de fibrose kystique s’impatiente en pensant aux membres de mouvements qui s’opposent au port du masque obligatoire, pour prévenir la propagation de la COVID-19.

C’est du grand n’importe quoi, s’indigne Dave Watson, dont la maladie accroît le risque de contracter une infection respiratoire. Si je peux porter un masque, tout le monde peut.

Selon la chaleur et le taux d’humidité, sa capacité respiratoire oscille entre 34 et 42 %, ce qui rend la respiration laborieuse. Malgré tout, il n’a jamais hésité à porter un masque en public.

Un homme qui porte un masque et une casquette.

Dave Watson soutient que s'il parvient à tolérer le masque en dépit de ses difficultés respiratoires, tout le monde peut y arriver.

Photo : Avec l'autorisation de Dave Watson

Une semaine après avoir pris les transports en commun à visage découvert pour dénoncer l’obligation de porter un masque, un groupe distribue de fausses cartes d’exemption.

Celles-ci précisent, de façon erronée, que le détenteur ne peut porter un masque, pour des raisons de santé.

Certaines de ces cartes portent, sans permission, le logo de la Croix-Rouge canadienne.

Dans une déclaration écrite, l’organisation précise qu’elle-même et les services médicaux des Forces armées canadiennes sont les seules autorisés à utiliser son logo au pays.

Il s’agit d’une utilisation frauduleuse de l’emblème de la Croix-Rouge et nous avons entrepris des démarches pour que cela cesse, précise un porte-parole.

En attendant, des gens se vantent, dans des publications sur les médias sociaux, de n’avoir pas à porter de masque, en brandissant la fausse carte.

Dans une vidéo, un homme se rend à l’Hôpital Toronto Western, où un employé lui dit qu’il devra porter un masque s’il veut recevoir des soins. Il répond en présentant sa carte et en précisant qu’il a des problèmes de santé. Plus loin dans la vidéo, on l’aperçoit qui sourit à la caméra en disant qu’avoir la carte a été d’une grande aide.

La Dre Erin O'Connor, directrice médicale adjointe d’University Health Network (UHN), une organisation qui chapeaute notamment l’Hôpital Toronto Western, confirme que des gens ont présenté ces cartes aux urgences.

Des hôpitaux membres d’UHN sont d’importants centres de greffe d’organe et de traitement du cancer.

Nos patients sont extrêmement fragiles, fait-elle valoir. Je ne comprends pas pourquoi une personne sensée de cette société ne serait pas prête à protéger un être vulnérable.

D’après les informations d’Adam Carter de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique