•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe militant veut plus d’autonomie, plus vite, pour l’Alberta et la Saskatchewan

L'Assemblée législative de Regina, théâtre de la politique provinciale en Saskatchewan.

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Radio-Canada

Le regroupement citoyen Projet Buffalo demande à l’Alberta et la Saskatchewan d’intensifier leurs efforts pour devenir plus indépendantes face à Ottawa. Appuyé par 60 signataires, dont d’anciens ministres, il propose aux deux gouvernements d’unir leurs forces pour mettre en place des projets comme un régime de retraite indépendant.

Les gens veulent de l’action maintenant, ils ne veulent pas attendre , affirme Derek Robinson, le porte-parole du Projet Buffalo.

Dans une lettre, le groupe demande notamment un référendum sur la péréquation dès cet automne, un corridor qui acheminerait les ressources des Prairies aux côtes avec ou sans l’accord des autres provinces et un régime de retraite indépendant du régime fédéral avant 2022. Il veut aussi que les deux provinces aient plus d’autonomie en matière d’immigration, de commerce international et de taxes.

Le porte-parole du Projet Buffalo, Derek Robinson, admet que les gouvernements ont déjà entamé des actions vers la plupart de ces objectifs, mais trop timidement, dit-il.

Le gouvernement albertain, par exemple, s’est engagé à tenir un référendum sur la formule de la péréquation en octobre 2021.

« Pourquoi pas [...] cet automne? », demande Derek Robinson. On a assez de temps pour le faire et on peut commencer les négociations avec le gouvernement fédéral rapidement après .

Selon le Projet Buffalo, la pandémie a fait monter la grogne d’un cran dans l’Ouest et les partis du Wexit prennent de la vitesse.

Si les provinces n’en font pas assez, on pourrait voir le sentiment séparatiste monter très rapidement, ce qui aura de sérieuses conséquences sur le pays.

Derek Robinson, porte-parole du Projet Buffalo

Ted Morton et Jane Draude parmi les signataires

Parmi les signataires de la lettre, figure le Canada Growth Council, une organisation de centre droit  qui soutient WestWatch Canada.

Il y a aussi le groupe Alberta Proud, qui a notamment organisé plus tôt cette année une série de conférences sur la valeur de l’Alberta.

D’autres, comme le Project Confederation, l’Alberta Institute, ou encore Canadians for Democracy and Prosperity (CDP), font partie de la liste.

D’anciens ministres, comme celui des Finances de l’Alberta, Ted Morton, et l’ancienne ministre des Services sociaux de la Saskatchewan, June Draude, sont également parmi les signataires.

« Si le Québec avait été traité de la façon dont l’Alberta a été traitée ces 30 dernières années, il se serait séparé il y a longtemps », estime Ted Morton.

Il croit toutefois que les échéanciers proposés sont trop serrés. 

Tenir un référendum à l’automne coûterait trop cher et ne donnerait pas assez de temps pour des discussions et débats publics , dit-il.

La signature de Ted Morton est une de celles qui viennent donner du poids à la lettre, selon le politologue de l’Université de l’Alberta, Frédéric Boily.

« On n’est pas dans les franges de la politique saskatchewanaise [...] », remarque-t-il. En ayant autant de signatures et des signatures aussi connues, ça fait en sorte que [...] les premiers ministres interpellés, à la fois Scott Moe et Jason Kenney, ne pourront pas simplement balayer ça facilement du revers de la main.

Il ne croit pas que les changements puissent se faire aussi vite que l’espère le Projet Buffalo. Sans compter que certaines idées, aussi populaires qu’elles soient, seront de toute façon difficiles à réaliser sans un appui à Ottawa.

On peut faire les référendums qu’on veut sur la scène provinciale, il n’en demeure pas moins que la péréquation relève du domaine fédéral , rappelle-t-il.

Accueil favorable, mais réservé des gouvernements 

Je n’ai pas eu l’occasion de lire la lettre du Projet Buffalo, mais évidemment nous accueillons [avec plaisir]  les idées différentes en ce qui concerne une stratégie pour renforcer la force de l’Alberta dans la fédération canadienne , a déclaré le premier ministre albertain, Jason Kenney, tout en soulignant les efforts que son gouvernement  a déjà faits en ce sens.

Le premier ministre Moe et le gouvernement de la Saskatchewan partagent et comprennent les inquiétudes des Canadiens de l’Ouest a assuré l’attaché de presse de Scott Moe, Jim Billington, par courriel. La Saskatchewan continue de militer haut et fort pour modifier les paiements de péréquation et de stabilisation fiscale .

Le groupe Buffalo Project a été créé en 2018 par six hommes d'affaires albertains et représentait alors l'industrie du pétrole et de l'agriculture, notamment. L'ancien premier ministre de la Saskatchewan et chef du Parti saskatchewanais, Brad Wall, a financièrement contribué à la formation du groupe. Derek Robinson a d’ailleurs été son chef de stratégie digitale.

Remettre les priorités de l’ouest à l’agenda

Derek Robinson croit que la pandémie ne devrait pas freiner les efforts de réforme à long terme dans l’Ouest, mais plutôt les encourager. Il soutient que les citoyens savent que la crise qu’ils vivent présentement serait bien moins pire si les politiques d’Ottawa n’avaient pas fragilisé leur situation.

Le politologue Frédéric Boily, pour sa part, remarque que les questions d’autonomie et de séparatisme de l’Ouest ont été reléguées à l’arrière-ban depuis le début de la crise de la COVID-19. 

Il croit que la lettre est une façon efficace de ramener ces enjeux à l’avant-plan alors que la course à la chefferie du Parti conservateur fédéral se poursuit.

C’est pourquoi on le fait en plein milieu de l’été. En temps normal, on n’aurait pas fait ça un 15 juillet , dit-il,...Mais on veut mettre la pression sur les élites politiques  [...et] leur dire regardez, il y a ce mouvement-là qui est en train de se réveiller. Est-ce que vous voulez voter pour Peter Mackay, qui vient de l’Est?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique