•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore des interventions chirurgicales en attente dans la région

Lise Desbiens monte des marches à l'aide de sa canne.

Lise Desbiens ne peut plus marcher plus de 10 minutes sans avoir mal à la hanche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Certaines personnes attendent encore leur intervention chirurgicale reportée en raison de la COVID-19 à Saguenay. C’est le cas de Lise Desbiens, qui a besoin d’une opération à la hanche.

C'est long et pénible, c'est pour ça que je sors très peu, le moins possible, explique la dame de 71 ans.

Malgré le faible nombre de cas de COVID-19 déclarés dans la région au cours des dernières semaines, elle est toujours en attente de son intervention chirurgicale.

Conscient des retards

Sans commenter directement ce cas, la présidente-directrice générale du CIUSSS, Julie Labbé, confirme que les salles d'opération fonctionnent au ralenti, notamment en raison de la période des vacances. Ce n'est qu'à la fin du mois d'août qu'elles devraient reprendre leur plein roulement.

Oui, oui, il y a des retards, on en est très conscients, évidemment, affirme Mme Labbé. C'est pour ça que le comité s'assure de continuer à prioriser les cas qui le sont. Donc, on veut récupérer le plus tôt possible.

D'après Lise Desbiens, le plus tôt possible, c'est encore trop long. La dame ne fait plus d’exercice depuis 15 mois en raison de sa hanche qui la fait souffrir.

Je ne peux même pas aller prendre de marche, explique-t-elle. Si je vais marcher 10 minutes, après ça, j'ai de la douleur. Je vais avoir 72 ans au mois d'octobre, moi. Les forces que je perds, ça va prendre du temps avant de les récupérer.

Elle craint maintenant de devoir attendre son opération encore deux ans. L'hiver, on a encore plus de pelures de vêtements, ça fait que c'est encore plus compliqué, ça fait encore plus mal quand je m'habille, indique Mme Desbiens.

Lise Desbiens a bien hâte de retourner faire du bénévolat plutôt que de rester inactive sur son fauteuil. Infirmière auxiliaire pendant 35 ans, elle en a marre de ne plus se sentir utile.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé physique et mentale