•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des armes à feu pour le sport

Une jeune fille s’entraîne au Club de tir le Faucon.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour plusieurs, les armes à feu riment avec violence, mais pour d’autres, c'est plutôt de l'équipement sportif. Au Club de tir le Faucon, à Shipshaw, on s'en sert pour le biathlon.

Même si les biathlètes n'utilisent pas la carabine pour se défendre, ces sportifs sont conscients qu’ils tiennent une arme dans leurs mains.

Moi, ça fait six ans que je fais du biathlon et je me souviens chaque fois que je l'utilise que c'est une arme à feu, que c'est dangereux. Je prends encore toutes les mesures pour ne pas que ça puisse me faire du mal et faire du mal à d'autres personnes, explique l’athlète Maude Mousseau.

Une jeune fille est couchée sur le ventre et s’entraîne au tir sportif.

Les biathlètes sont formés par leurs entraîneurs pour tirer de la carabine.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Les biathlètes sont bien formés par leurs entraîneurs.

C'est sur qu'au début, on est plus stressés et on se demande comment ça va se passer, mais on a toujours des entraîneurs avec nous pour nous montrer comment ça marche pour pas que ça soit dangereux, ajoute l’athlète Laurie Legault. La sécurité, c'est la chose la plus importante dans notre sport et si on fait quelque chose de pas correct, c'est sûr qu'on va se le faire dire.

Une femme tire au fusil dans un espace sécurisé au Club de tir le Faucon.

Il est possible de faire l'essai du tir à l'arme à feu au Club de tir le Faucon.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Les membres du Club de biathlon Saguenay-Lac-Saint-Jean s'entraînent au Club de tir le Faucon, à Shipshaw. L’établissement attire également près de 1000 adeptes de tir.

Toutes les activités se font sous la supervision d'un officiel et le mot d'ordre est la sécurité.

La puissance d'un objet comme celui-là, je le dis souvent, c'est presque aussi dangereux qu'une voiture, compare le secrétaire du club de tir de Shipshaw, Alain Maltais. Il faut vraiment faire attention avec ça. Il y a des qualifications à avoir avant de l'utiliser et ce n’est pas pour rien. C'est parce que c'est vraiment quelque chose à manipuler avec soin.

Une arme à feu ancienne.

Il est possible d'essayer différents types d'armes à feu au Club de tir le Faucon.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Le Club de tir le Faucon prévoit des agrandissements de près de 150 000 $. Les dirigeants espèrent pouvoir commencer les travaux cet automne.

D'après le reportage de Gabrielle Morisette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Biathlon