•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le médecin hygiéniste de l’est ontarien est d’accord avec la réouverture de Calypso

Des glissades dans le parc aquatique.

Le parc Calypso n'a pas l'autorisation provinciale de rouvrir, contrairement aux parcs aquatiques du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) estime que le parc aquatique Calypso pourrait rouvrir sous certaines conditions, même si l'établissement ne figure pas parmi la liste provinciale des entreprises visées par la phase 3 du déconfinement.

Le Dr Paul Roumeliotis était surpris de voir que Calypso ne pourrait pas recommencer à accueillir des clients à compter de vendredi, alors qu'il avait déjà endossé le plan de réouverture préparé la direction du parc.

On avait déjà fait nos inspections, on travaillait avec la direction de Calypso pour nous assurer qu’il y avait toutes les précautions en place, a-t-il expliqué.

Tout n’est pas perdu cependant, puisque le premier ministre Doug Ford a indiqué que les entreprises exclues de la phase 3 pourraient rouvrir si elles soumettent leur plan au gouvernement provincial pour approbation.

Je m’attends à ce que le protocole que moi j’ai accepté de façon locale soit accepté par la province, qu’on puisse progresser à rouvrir Calypso.

Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario

Le plan en question comprend une limite stricte quant au nombre de personnes qui pourront être admises sur le site, des protocoles de désinfection des structures et de l’équipement de protection pour les employés.

Des enjeux économiques et sanitaires

Le Dr Roumeliotis s’attend à une réponse de la province au courant de la journée mercredi. N’empêche, la fermeture prolongée du parc aquatique ne manque pas d’inquiéter le maire de la Municipalité de La Nation, François St-Amour, puisqu'il est minuit moins une pour Calypso.

Ils ont 90-95 jours pour faire tout leur argent pour l’année. S’il n’y a pas de réouverture, il faut qu’ils attendent jusqu’à juin prochain, a-t-il souligné.La situation est d’autant plus frustrante, selon lui, que les Ontariens peuvent se rendre dans les parcs aquatiques québécois, qui eux ont déjà eu le feu vert pour rouvrir.

[Les autorités ont-elles] pris en considération que le monde va au Québec, où il y a beaucoup plus de cas, et ils reviennent en Ontario? Ils [vont] dépenser leur argent au Québec.

François St-Amour, maire de la Municipalité de La Nation

Autour de Calypso, il y a beaucoup de municipalités qui n’ont pas de piscines. Les gens d’Ottawa et de l’est de l’Ontario n’ont pas le choix : ils vont au Québec, ils vont aux glissades du Québec. On aimerait l’éviter, on aimerait qu’ils restent ici, a aussi fait valoir le Dr Roumeliotis, parlant d'un point de vue de santé publique.

Les répercussions de la fermeture de Calypso dans la région ne sont toutefois pas entièrement négatives. Certaines petites entreprises normalement à l’ombre du parc aquatique parviennent à attirer des clients en quête de divertissement.

Ça nous inquiétait au début, parce qu’on ne savait pas comment les gens répondraient, a relaté Diane Dumond, copropriétaire du mini-golf Oasis, situé à un jet de pierre de Calypso. À date, on n’a pas vraiment vu une diminution [d’achalandage], justement, parce qu’on est l’une des seules activités dans la région qui est ouverte, qui est dehors, que les gens peuvent faire en famille.

Avec les informations d'Alexandra Angers et de Christian Milette

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Tourisme