•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une arrestation aux bureaux de Service NB qui fait réagir

Deux policiers tiennent une femme accroupie sur le trottoir.

La police de Bathurst a tenu à défendre mardi après-midi son intervention de lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La police de Bathurst a tenu à défendre mardi après-midi son intervention de lundi, alors que des policiers ont arrêté une femme au comportement jugé inapproprié à l’extérieur des bureaux de Service Nouveau-Brunswick (Service NB).

Trois policiers sont intervenus lundi en début d'après-midi à la demande de Service NB pour tenter de calmer une cliente d'une cinquantaine d'années.

Bien que l'agence provinciale affirme que l’attente avant d'être servi s’élevait à environ 1 h 30 en moyenne pour lundi, jour d'ouverture, certains clients rapportent avoir dû patienter entre 4 et 5 h à Bathurst.

L'impatience et la frustration jumelées au temps chaud ont fait monter la tension d'un cran.

Elle était belligérante envers les employés, criait dehors puis eux [les employés de Service NB] ont décidé qu'ils ne la serviraient pas à cause qu'ils ne voulaient pas prendre de chance à ce que ça dégénère plus, explique le sergent Éric Levesque.

Ce dernier ajoute que les policiers ont demandé à la dame à de nombreuses reprises de quitter les lieux et de s'identifier, ce qu'elle a refusé de faire chaque fois. C’est après ces refus et après avoir fourni un faux nom que la dame a dû être mise en état d’arrestation et menottée.

Mais tout a été fait calmement sans trop brusquer la femme qui se déplace à l'aide d'une canne, précise-t-il.

Rendue à la voiture de police, la madame s'est assise d’elle-même. On lui a enlevé les menottes dans la voiture pour son confort.

Éric Levesque, sergent pour le Service de police de Bathurst

De vives réactions sur les médias sociaux

Des citoyens témoins de la scène ont capté l’arrestation de la dame et l’ont diffusée sur les médias sociaux. Cette vidéo a enflammé les réseaux sociaux et suscité plusieurs commentaires négatifs à l'égard des policiers, allant même jusqu’à suggérer que ces derniers devraient être abattus.

Par voie de communiqué, Stéphane Roy, le chef adjoint du Service de police de Bathurst, a tenu à souligner que les images rendues disponibles sur les médias sociaux étaient limitées. Selon lui, il est irresponsable de publier des commentaires odieux sans avoir toutes les informations disponibles.

Le sergent Éric Levesque abonde dans le même sens. Ce qu'on voit dans les médias sociaux, c'est probablement 5 minutes de ce qui a été peut-être 25 minutes de négociations avec la madame, déclare-t-il.

La caméra corporelle des trois policiers étant en fonction lors de l’intervention, le sergent désire rendre disponibles les images de l’entièreté de la démarche des policiers à la population.

J'ai vraiment hâte qu'on puisse montrer les vidéos qui vont démontrer l'opération au complet puisque les policiers ont agi très professionnellement, fait-il savoir.

La dame en question ne souhaite pas faire de commentaire sur son arrestation.

Elle souhaite en discuter avec son avocat avant de parler publiquement. Elle dit qu'elle discute avec lui de la suite des choses et ne ferme pas la porte à des procédures légales, sans donner de précision.

À la suite de l'enquête policière, elle pourrait faire face à des accusations, entre autres d'entrave au travail des policiers.

D'après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre