•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fin de carrière abrupte guette des footballeurs du Rouge et Or

Félix Garand-Gauthier célèbre un touché au stade Telus.

Âgé de 24 ans, Félix Garand-Gauthier pourrait avoir joué le dernier match de football de sa vie si la saison 2020 est annulée.

Photo : Yan Doublet

Toujours dans l’incertitude de savoir si la saison 2020 de football universitaire québécois pourra avoir lieu, certains vétérans du Rouge et Or doivent commencer à envisager un scénario crève-coeur. Ils pourraient avoir disputé le dernier match de football de leur vie l’automne dernier.

C’est sûr que ça fait peur d’avoir peut-être joué sa dernière partie de football sans le savoir. Je joue depuis que j’ai six ans, lance le centre-arrière Félix Garand-Gauthier. C’est là-dessus que ça fait de la peine un peu, bien que je comprends que la situation n’est pas la faute de personne.

En ces temps incertains créés par la COVID-19, le football est un cas particulier dans le paysage sportif universitaire canadien. D’abord, parce qu’il existe une limite d’âge pour les joueurs, 24 ans, et U Sports a annoncé récemment qu'aucune dérogation ne sera faite même si la saison 2020 est annulée, n’en déplaise aux entraîneurs du circuit.

Puis, le dernier match universitaire d’un joueur de football est généralement sa dernière chance d'enfiler les épaulettes, à moins d'une carrière pro. En raison de sa nature violente, le football n’est pas un sport pratiqué de manière récréative. Jouer seulement pour le plaisir, c’est très difficile à faire, lance Garand-Gauthier.

Félix Garand-Gauthier baisse l'épaule alors qu'on joueur du Vert et Or tente de le plaquer.

Une saison universitaire cet automne, même écourtée, pourrait ouvrir des portes à Félix Garand-Gauthier chez les professionnels.

Photo : mathieu belanger / Mathieu Belanger

L’espoir d’une saison écourtée

Âgé de 24 ans, Félix Garand-Gauthier doit disputer sa cinquième et dernière saison d’admissibilité dans l’uniforme du Rouge et Or, cet automne.

Comme plusieurs de ses coéquipiers dans la même situation, dont les jumeaux Jonathan et Vincent Breton-Robert, il s’accroche au scénario d’une saison écourtée.

Un plan que le Réseau du sport étudiant québécois a toujours espoir de mettre en oeuvre, contrairement aux autres conférences canadiennes qui ont déjà annoncé l’annulation de la saison 2020. On est quand même contents, nous autres, au Québec, de pouvoir espérer jouer au football. On y croit, lance le centre-arrière du Rouge et Or.

Lui aussi âgé de 24 ans, le secondeur Christophe Gagné estime toutefois que le nombre élevé de cas de COVID-19 chez les joueurs professionnels qui s’apprêtent à recommencer à jouer n’est pas très encourageant pour le sport amateur.

J’ai trouvais ça hâtif, sur le coup, quand les autres conférences au Canada ont décidé d’annuler leur saison 2020, mais ce qui se passe avec les sports professionnels, en ce moment, ça leur donne un peu raison.

Christophe Gagné, secondeur du Rouge et Or

En deuil de la Coupe Vanier

Ayant fait une demande pour intégrer la Gendarmerie royale du Canada, Gagné était déjà incertain de pouvoir jouer cet automne.

Le footballeur de Québec a donc disputé la saison dernière en sachant qu’elle pourrait être sa dernière. Mais même moi, je n’étais pas prêt mentalement à ce que ça puisse se terminer de cette manière-là.

Quoi qu'il en soit, l’annulation des championnats canadiens automnaux, dont la Coupe Vanier, coûtera assurément aux finissants du Rouge et Or la chance d’intégrer le club sélect des joueurs ayant remporté trois fois l’ultime emblème du football universitaire canadien.

Christophe Gagné tend la main à des partisans en faisant son entrée dans le stade.

Christophe Gagné garde espoir qu'il pourra fouler le terrain du stade Telus dans l'uniforme du Rouge et Or une dernière fois.

Photo : Louis Charland

Ça a été un choc quand on a su ça. Chez le Rouge et Or, on ne se le cachera pas, on parle de gagner la Coupe Vanier dès la première réunion de chaque saison, relate Gagné. S’il y a une saison, ce ne sera pas pareil, mais on aura au moins l’occasion de remettre le casque et les épaulettes une dernière fois.

Même son de cloche chez Félix Garand-Gauthier qui garde espoir que de bonnes performances cet automne pourraient lui ouvrir des portes dans la Ligue canadienne de football.

On a seulement cinq saisons de foot universitaire et, dans mon cas, je n’ai pas vraiment joué mes deux premières. Ça me laissait donc trois saisons, et ça ferait mal d’en perdre une. S'il y a une saison, on va s’arranger pour qu’elle soit mémorable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports