•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propriétaires de commerces ne veulent pas « jouer à la police » du masque

Deux employés d'un restaurant discutent dans la cuisine en portant chacun un masque.

Les propriétaires de commerces et de restaurants pourront recevoir des amendes si leurs clients ne respectent pas les consignes de la santé publique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics intérieurs de la province dès samedi et, déjà, des propriétaires de commerce anticipent avoir à discipliner des clients sous peine de se faire réprimander par la santé publique.

On a déjà beaucoup de normes à suivre et on s’efforce de les suivre, mais là, on a l’impression que le gouvernement s’en lave les mains, laisse tomber Steven Guimond Corriveau, copropriétaire de La P’tite Grenouille de Rimouski. Ce que j’accueille un petit peu moins bien par rapport à cette annonce-là, c’est de mettre sur le dos des restaurateurs et des tenanciers de bar la responsabilité de jouer à la police.

Car selon les directives du gouvernement provincial, si des clients sont présents à l’intérieur des commerces sans leur masque, ce sont les commerçants qui pourront recevoir une amende de 400 $ à 6000 $.

On ne veut pas faire la police, mais on ne veut pas non plus s’exposer à des amendes, explique pour sa part Stéphane Bolduc, propriétaire du Gymnasium de Rimouski.

Je crois que c’est une responsabilité individuelle, ajoute-t-il. Chaque personne devrait avoir le civisme de respecter les conditions sanitaires imposées par nos dirigeants qui sont conseillés par des experts.

Tous les propriétaires d’établissement interrogés confirment qu’ils se plieront aux demandes de la santé pour éviter d’avoir à refermer leurs portes.

On souhaite surtout de ne pas retourner en confinement si les règles ne sont pas respectées , confirme Julien Bartoluci, chef propriétaire du bistro La Réserve. Chaque nouvelle mesure, on ne l’accueille pas avec enthousiasme, mais si ça nous permet de rester ouverts, on va le faire.

Julien Bartoluci, portant un masque lors d'une entrevue dans son bistro.

Julien Bartoluci, chef propriétaire du bistro La Réserve à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Soulagement du côté des centres de conditionnement physique

Du côté des gyms, on s’inquiétait que le port du masque soit obligatoire lors des activités d’entraînement.

Même l’Organisation mondiale de la santé ne suggère pas le port du masque lors d’efforts intenses, rappelle Claude Bellavance, propriétaire de Santé 2000 à Rimouski.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, un porte-parole de la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, confirme qu’il n’est pas obligatoire de porter le masque lors d’une activité physique, par exemple lors de l’utilisation d’un appareil de conditionnement physique ou dans un entraînement de spinning.

Des machines d'entraînement sont hors d'usage pour permettre le respect des consignes de distanciation sociale.

Le port du masque ne sera pas obligatoire lors d'entraînements en salle.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

On précise toutefois que le masque devra être porté dans les déplacements et dans les lieux communs, un peu à l’instar de ce qui sera demandé dans les restaurants.

Le masque obligatoire lors de l’entraînement, pour nous, ça aurait été dramatique, explique M. Bellavance qui accueille favorablement les précisions du gouvernement.

Les clients seront donc invités à porter leur masque à l’accueil, dans les vestiaires et en attendant leurs classes de groupe, mais pourront l’enlever dans la salle de conditionnement physique.

Avec les informations de Marie-Christine Rioux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé publique