•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Pulperie de Chicoutimi au coeur de l'histoire de la région

Le bâtiment 1921 de la Pulperie de Chicoutimi

Photo : Courtoisie : Pulperie de Chicoutimi

Radio-Canada

La Pulperie de Chicoutimi est aujourd’hui un lieu d’exposition, mais bien avant d’accueillir des oeuvres et des artefacts historiques, elle était une importante usine de pulpe.

À la fin des années 1800, Chicoutimi était sous le joug des Canadiens anglais. C’est là qu’est entré en scène un certain Julien-Édouard-Alfred Dubuc qui a créé la Compagnie de pulpe de Chicoutimi. La pulperie, érigée en 1896 et mise en opération en 1897, a été au coeur du développement de Chicoutimi.

À l’époque, l’arrivée de Dubuc à Chicoutimi provoque le déménagement des Price à Jonquière. C’est le début d’une longue lutte de pouvoirs entre Canadiens français et Canadiens anglais.

Ça prend, je dirais, une dimension culturelle, explique le professeur d’histoire au Cégep de Jonquière, Jérôme Gagnon. On est habitué de voir les Canadiens anglais contrôler le territoire, le domaine de l’économie et de la finance. Bien là, on va avoir des Canadiens français qui veulent eux aussi jouer dans la cour des grands et M. Dubuc, c’est ce qu’il va faire.

Avec la venue des grands journaux à la fin du 19e siècle, M. Dubuc, qui possédait des terres à bois, avait besoin d’un endroit où traiter la pulpe et la transformer en papier.

La compagnie de pulpe de Chicoutimi, c’est pour, premièrement, développer l’économie et pour sortir des griffes de William Price qui avait le monopole, indique la technicienne au programme public de la Pulperie, Denise Pedneault. Ce qui était nouveau, c’est que c’était une compagnie canadienne française. C’était des gens d’ici qui faisaient travailler des gens d’ici.

Maintenant un musée

Aujourd’hui, la Pulperie de Chicoutimi fait office de musée. Elle a été transformée dans les années 90. Le bâtiment est si grand qu’il en accueille un autre, la maison du peintre Arthur Villeneuve.

L’artiste, qui était barbier à Chicoutimi, peignait sa vision de la vie sur les murs de sa maison.

Elle a été installée dans un contexte où il fallait la sauvegarder, ajoute le directeur des expositions du musée, Rémi Lavoie.

Après avoir abrité pendant des décennies des travailleurs manuels, la Pulperie accueille aujourd’hui des chercheurs en arts, en ethnologie et en archéologie, comme quoi le bâtiment continue à contribuer à l’histoire de la région.

D’après le reportage de Mélissa Savoie-Soulière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Histoire