•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La contagion dans les bars fait grimper le taux de tests positifs à Montréal

Au moins une trentaine de nouveaux cas ont été détectés depuis dimanche.

Le reportage de Valerie-Micaela Bain

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

L'appel lancé par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal aux gens qui ont fréquenté les bars de la métropole depuis le 1er juillet a été entendu.

Depuis que le message a été transmis samedi, des milliers de personnes se sont déplacées à l'Hôtel-Dieu de Montréal et à la clinique Chauveau, dans l'est de la ville, pour vérifier si elles ont été infectées par le nouveau coronavirus. Des propriétaires de bars ont même demandé à leurs employés de passer le test pour pouvoir rentrer au travail.

Résultat : quelque 3300 tests ont été effectués dimanche et lundi – une hausse d'achalandage d'environ 50 % par rapport à la semaine dernière. Et la file continuait de s'allonger sur plus de 500 mètres mardi, à l'Hôtel-Dieu, où plus de 800 tests ont été réalisés au cours de la journée.

Ce qu'on voit, c'est que 3 % environ de ces tests-là sont positifs, alors que, dans les dernières semaines, à Montréal, on était à un taux de positivité en bas de 1 %, a noté le Dr David Kaiser, responsable médical de l'équipe en environnement de la DRSP, mardi après-midi.

Il s'agit, selon lui, d'une augmentation notable... qui n'est pas une mauvaise chose en soi.

On identifie des cas qu'on n'aurait pas nécessairement identifiés si on attendait que les gens deviennent symptomatiques ou se prévalent du dépistage.

Dr David Kaiser, responsable médical de l'équipe en environnement de la DRSP

Au moins une trentaine de cas issus de neuf bars différents ont été détectés depuis dimanche à Montréal – des cas récents, qui n'ont pas nécessairement été comptabilisés dans le bilan quotidien de la Direction nationale de la santé publique. Selon le Dr Kaiser, ces personnes sont généralement âgées de 20 à 39 ans.

Le nom des bars touchés n'a pas été révélé par la DRSP, mais plusieurs d'entre eux ont révélé récemment sur les réseaux sociaux qu'un employé ou un client avait contracté la COVID-19.

C'est le cas du bar Annie's, à Sainte-Anne-de-Bellevue; du bar Nacho Libre et du café Lézard, dans l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie; et de la boîte de nuit La Voûte, dans le Vieux-Montréal.

Québec en train de s'ajuster

En fait, le récent succès des cliniques de dépistage montréalaises est tel qu'il fallait attendre jusqu'à cinq heures, mardi, pour subir un test à l'Hôtel-Dieu.

C'est que la capacité de la DRSP est limitée en raison des vacances accordées aux membres du personnel, qui ont travaillé d'arrache-pied depuis le mois de mars, a expliqué le Dr Kaiser, mardi.

Interrogé à ce sujet lors de son passage à Saint-Jean-sur-Richelieu, le premier ministre Legault a fait savoir que son gouvernement était en train de s'ajuster.

Au total, on a beaucoup plus de capacité que le nombre de tests qui est réalisé, mais pas toujours au bon endroit.

François Legault, premier ministre du Québec

M. Legault assure que le réseau de la santé dispose des ressources nécessaires pour effectuer 16 000 tests quotidiens, alors que le nombre d'échantillons prélevés au cours de la semaine dernière oscillait plutôt entre 9000 et 12 000 par jour.

La métropole recevra tout simplement un plus grand nombre de tests, a-t-il promis, en substance.

En attendant, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, invite les Montréalais à faire montre de patience, promettant lui aussi un ajustement de l'offre à la demande.

C'est comme si je vous disais : il y a une vente et il y a beaucoup de monde qui est venu, alors il faut donner des coupons pour dire aux gens de revenir parce qu'il n'y en a plus, a-t-il expliqué – dans le style qu'on lui connaît – lors de son passage à Trois-Rivières, mardi.

Montréal et la banlieue dans le même bateau

Cela dit, ce n'est pas qu'à Montréal que la fréquentation des bars semble avoir contribué à la propagation du coronavirus. Les Lavallois ayant fréquenté les bars de leur ville depuis deux semaines ont également été invités à se faire tester, mardi, par leur Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS).

Des fêtes organisées dans des propriétés privées et dans un bar de la Montérégie à la fin du mois de juin ont également mené à l'infection d'au moins 80 personnes sur la Rive-Sud.

Enfin, dans les Laurentides, un bar de Saint-Jérôme – le Mondo Bistro Lounge – a été fermé pour une durée indéterminée en raison de plusieurs manquements aux règles sanitaires et du non-respect de la distanciation sociale, a confirmé mardi le service de police local.

Observant que certains débits de boisson enfreignaient les mesures sanitaires en vigueur, Québec a décidé jeudi dernier de réduire les heures d'ouverture des bars; d'y limiter la période de consommation d'alcool; et de restreindre le nombre de clients pouvant y être admis.

Si c'est nécessaire, éventuellement, de fermer les bars, parce qu'il y a une trop forte augmentation [de cas] comme on l'a vu en Californie ou en Floride, on n'exclut pas de les fermer, a réitéré le premier ministre, mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Santé publique