•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick élargit sa catégorie des travailleurs essentiels

Deux mains ouvertes l'une vers l'autre, dessinées à la craie sur un tableau noir. Entre elles est posé le signe $ découpé dans du papier.

Les organismes de charité anticipent une importante baisse de leurs revenus.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick élargit l'admissibilité au programme de complément salarial pour les travailleurs essentiels financé par le gouvernement fédéral.

Les travailleurs de soutien à domicile du secteur privé et les travailleurs de soutien à l'apprentissage précoce et à la garde d'enfants qui fournissent des soins directs sont maintenant admissibles à la prestation, et ce, de façon rétroactive. La période comprise pour cette rétroaction est du 19 mars et le 9 juillet.

Les travailleurs de soutien travaillant dans les garderies éducatives recevront pour leur part des paiements mensuels échelonnés sur une période de 16 semaines, rétroactifs au 19 mai.

Ce programme vise à aider les travailleurs de première ligne qui fournissent des soins personnels à notre population vulnérable, a déclaré le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder. Ces travailleurs sont essentiels à notre rétablissement de la COVID-19, et je les remercie de pour leur contribution.

Le ministre de l'Éducation, Dominic Cardy, a quant à lui souligné que le secteur de l'éducation de la petite enfance a toujours joué un rôle important dans le soutien de l'économie.

Kevin Arseneau, député vert de la circonscription de Kent-Nord, croit que cette annonce est une amélioration, mais que la liste n’est pas complète. Beaucoup de nos travailleurs essentiels sont sous-financés de façon systématique. C’est de cela qu’on devrait être en train de se parler post-COVID, au lieu d’essayer de réparer les pots cassés, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !