•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pandémie de 6 mois et plus pourrait emporter une entreprise sur cinq

Des verres, une salière, une poivrière et des ustensiles sont disposés sur une table.

Les salles à manger de restaurants attendent des clients après le confinement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Près d'une entreprise sur cinq envisagera de nouvelles réductions de personnel, la faillite ou la fermeture si les conditions actuelles liées à la pandémie de COVID-19 durent six mois ou plus, suggère une enquête de Statistique Canada.

Selon les résultats du sondage publié mardi, 19,3 % des entreprises pourraient poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses pendant moins de six mois avant de devoir envisager d'autres mesures relatives au personnel, la fermeture ou la faillite.

Près de 35 % des hôtels et des restaurants se trouvent dans cette situation, selon l'enquête réalisée du 29 mai au 3 juillet.

De nombreuses entreprises envisagent de faire appel à des programmes gouvernementaux ou de recourir au crédit pour rester à flot.

Près de 64 % des répondants au sondage ont indiqué que leur demande de financement auprès du gouvernement ou leurs demandes de crédit auprès de fournisseurs externes avaient été approuvées.

Moins de 24 % des entreprises ont indiqué que leurs paiements de loyer ou d'hypothèque avaient été reportés pendant la pandémie.

Même si le travail à domicile a augmenté pendant la pandémie, seulement environ un quart des répondants ont indiqué qu'ils offriraient probablement le télétravail comme une option une fois que la COVID-19 aura été contenue.

Les données des résultats dévoilés mardi s'inscrivaient dans le cadre d'un suivi à une enquête lancée en avril sur le site Internet de Statistique Canada, avec la Chambre de commerce du Canada, auprès de 12 600 entreprises canadiennes.

Contrairement à cette première phase d'approche participative, l'échantillon du nouveau cycle présenté mardi repose sur un échantillon probabiliste, a précisé Statistique Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Entrepreneuriat

Économie