•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 révèle que l’industrie agricole dépend des travailleurs étrangers temporaires

Un travailleur agricole taille les buissons de bleuets.

Entre 2015 et 2019, l'embauche de travailleurs étrangers temporaires a augmenté de 140%.

Photo : CBC/Paul Palmeter

Le nombre de travailleurs étrangers temporaires au Canada a baissé de 14 % à cause de la pandémie.

Selon le dernier rapport du chercheur associé Robert Falconer, de l’École des politiques publiques de l’Université de Calgary, il y a 3800 travailleurs étrangers temporaires de moins que l’an dernier à cause de la fermeture des frontières et de la peur d’être contaminé.

Même si les frontières sont ouvertes pour ce type de travailleurs, certains préfèrent rester dans leur pays pour s’occuper de leur famille, explique M. Falconer.

Robert Falconer.

Robert Falconer dit que l'industrie agroalimentaire compte de plus en plus sur les travailleurs étrangers temporaires pour offrir des produits alimentaires abordables.

Photo : Courtoisie de Robert Falconer

Or l'industrie agroalimentaire a besoin de ces travailleurs même si le taux de chômage est de 15,5 % en Alberta et de 12,3 % au Canada. Robert Falconer dit qu'ils sont plus expérimentés que certains travailleurs canadiens. C’est un travail difficile et physique et il faut se lever souvent à 4 h, ajoute Robert Falconer.

Le chercheur associé ajoute que les travailleurs étrangers temporaires représentent 46 % de la main-d’oeuvre agricole au Canada, il croit donc qu'il faut leur offrir plus de sécurité financière et sanitaire.

Il suggère que les gouvernements provinciaux suivent l’exemple de la Colombie-Britannique, dont le gouvernement a débloqué une aide financière pour que les municipalités puissent ouvrir des campements qui répondent aux normes sanitaires pour combattre le nouveau coronavirus.

Des travailleurs dans une usine de transformation de viande.

L'éclosion de COVID-19 dans l'usine de Cargill à High River a provoqué la contamination de plus de 1500 personnes dans le sud de la province.

Photo : Radio-Canada

Il ajoute que le mandat de l’Agence canadienne d'inspection des aliments devrait être élargi aux conditions de travail durant la pandémie, pour que ses inspecteurs puissent vérifier que les normes sanitaires contre la COVID-19 sont respectées.

Il propose enfin que les travailleurs étrangers temporaires puissent avoir accès aux prestations d’assurance-emploi : Comme ces travailleurs n’y ont pas accès, cela peut tenter ceux qui sont malades de cacher leur état de santé, car ils ont besoin d’envoyer de l’argent à leurs familles restées dans leur pays d'origine.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Agriculture