•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Familles cherchent animaux pour la vie

Un husky est dans une cage et il regarde la caméra.

Rares sont les chiens disponibles dans les refuges d'animaux de l'Est-du-Québec (archives)

Photo : Radio-Canada / Sarah Pedneault

Habituellement, le 1er juillet est synonyme d'abandons d'animaux dans les refuges. Cette année, à peine 15 jours plus tard, les refuges de l'Est-du-Québec font plutôt état d'un taux d'adoption rarement égalé. Selon eux, la crise sanitaire y a un rôle à jouer.

À Rimouski, le Centre de services animaliers affirme que la quasi-totalité des animaux trouve preneur. Habituellement, c'est un peu plus long pour les chats. Cette année, tous les animaux sont adoptés très rapidement, se réjouit la directrice, Anick Côté.

L'animal est affiché sur notre page Facebook et je vous dirais que dans la même semaine, ou au plus la semaine suivante, l'animal a trouvé une nouvelle famille pour la vie.

Anick Côté, directrice du Centre de services animaliers de Rimouski

Mme Côté soupçonne que la crise sanitaire contribue à la popularité des animaux de compagnie. Des gens nous disent qu'ils sont en télétravail, qu'ils ont plus de temps. Les gens croient que c'est le bon moment pour adopter un compagnon, précise la directrice.

Chat dans sa cage.

Même les chats, qui sont habituellement plus longtemps en adoption, trouvent preneur rapidement dans les refuges de l'Est-du-Québec (archives)

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Le même phénomène est observé au refuge L'Ami des bêtes de Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie. Sa présidente, Manon Parent, a remarqué une forte augmentation pour tous les animaux.

Les chats et les chiens sont toujours populaires, oui. Sauf que là, c'est la même chose pour les lapins, les hamsters et les oiseaux. [...] Écoutez, je pense que j'aurais des tarentules à l'adoption qu'elles partiraient aussi!, ironise Mme Parent.

La présidente va même jusqu'à affirmer qu'elle a fracassé un record de rapidité pour une adoption.

J'ai mis la photo d'un chien en adoption sur notre page Facebook, l'autre jour. Sept secondes plus tard, je dis bien sept secondes, une personne m'appelait pour l'adopter!

Manon Parent, présidente du refuge L'Ami des bêtes de Sainte-Anne-des-Monts

Il faut dire que bien des gens stérilisent maintenant leurs animaux de compagnie. Ce n'est pas une mauvaise chose! Sauf que les éleveurs le savent et augmentent leurs prix sachant que les chiens sont plus rares. Donc quand quelqu'un veut un chien et qu'il en voit un pas trop cher dans un refuge, il va sauter sur l'occasion, insiste Mme Parent.

Un lapin brun dans un décor constitué de planches de bois.

Même les lapins trouvent preneur rapidement (archives)

Photo : Hugo B. Lefort

La crainte d'un ressac

Si les refuges se réjouissent de la popularité des animaux de compagnie en ces temps de pandémie, ils craignent que ce soit un effet de mode temporaire.

Là, c'est bien plaisant, les gens ont le temps de s'occuper de leur animal et de le soigner, de le promener. Mais une fois que la pandémie sera terminée, une fois que les gens retourneront au travail ou une fois que les jeunes retourneront à l'école, est-ce que les gens voudront garder leur animal? On s'inquiète de ça, affirme Anick Côté.

Manon Parent a la même préoccupation. Je vous dirais que ça nous chicote aussi. On fait beaucoup de sensibilisation et on est très sélectifs sur les adoptants. On leur rappelle que l'adoption d'un animal, c'est pour la vie, tranche la présidente du refuge de Sainte-Anne-des-Monts.

Un lapin, ça a l'air bien beau et bien gentil comme ça. Sauf que ça a besoin de beaucoup de soins. Après la pandémie, est-ce que les gens en voudront encore? On se pose la question.

Manon Parent, présidente du refuge L'Ami des bêtes de Sainte-Anne-des-Monts

Les deux refuges espèrent ne pas revoir les animaux récemment adoptés au terme de la crise sanitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Animaux de compagnie