•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recours à la main-d'œuvre indépendante explose au CISSS des Îles

Des personnes, de dos, dans un corridor du CISSS des Îles.

Dans la dernière année, le nombre d'heures travaillées par du personnel d'agences privées a plus que doublé au CISSS des Îles (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Aux Îles-de-la-Madeleine, le ratio de main-d'œuvre indépendante en santé est deux fois plus élevé qu'il ne l'est en moyenne ailleurs au Québec.

Dans la dernière année, le recours à de la main-d'œuvre indépendante a carrément explosé au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles.

Le nombre d'heures travaillées par du personnel d'agences privées a plus que doublé, passant de 14 000 en 2018-2019 à 32 000 pour l'exercice financier 2019-2020.

Ainsi, la main-d'œuvre indépendante comble 4,45 % du nombre d'heures travaillées en santé aux Îles, alors que dans l'ensemble du Québec, la moyenne est de 2,11 %.

L'organisation explique la situation par différents facteurs, dont la pénurie de main-d'œuvre qui se vit à l'échelle de la province.

On a eu beaucoup de retraites et de départs d'infirmières depuis 2017-2019.

Ann Martell, directrice des ressources humaines du CISSS des Îles

Par ailleurs, près d'une vingtaine d'infirmières en âge de fonder une famille viennent d'être embauchées, souligne la directrice des ressources humaines du CISSS des Îles, Ann Martell.

On a embauché environ 19 nouvelles infirmières. Une partie de celles-ci sont de nouvelles infirmières qui partent en congé de maternité. On a de jeunes infirmières chez nous, précise-t-elle.

L'organisation n'écarte pas l'idée d'embaucher des travailleurs internationaux pour combler ses besoins, mais Mme Martell rappelle que cette solution est plus complexe dans le contexte actuel de pandémie de COVID-19.

La main-d'œuvre indépendante ne représente pas une solution gagnante à long terme pour le CISSS, puisqu'elle est plus coûteuse que le personnel permanent.

Moins de personnel, plus d'économies

Cette difficulté de recruter du personnel a néanmoins permis à l'organisation de boucler l'année financière avec un budget équilibré, et ce pour une troisième année consécutive.

Le CISSS a même enregistré un surplus de 388 000 dollars, alors qu'en janvier, un déficit de 650 000 dollars était anticipé.

C'est principalement parce qu'on avait des postes qui étaient dépourvus de titulaires, qu'on n'a pas été capable de recruter, même si on a fait des efforts, explique le directeur des services administratifs du CISSS des Îles, Claude Cyr.

Si on affiche un poste de psychologue à partir du 1er avril, qu'on doit l'afficher trois fois et qu'on arrive à le combler juste en octobre, on fait une économie sur la prévision budgétaire initiale.

Claude Cyr, directeur des services administratifs du CISSS des Îles

Ainsi, même si le recours à du personnel d'agences privées a entraîné des dépassements de coûts de plus d'un million de dollars par rapport aux années précédentes, le fait que certains postes ne puissent pas à être pourvus a entraîné des économies budgétaires non volontaires.

Il n'y a pas de services prioritaires qui ont été affectés, mais on a quand même généré des économies par la force des choses, pas volontairement, mais involontairement, parce qu'on n'a pas été capable de [pourvoir] les postes, précise M. Cyr.

L'hôpital des Îles, vu de loin, bordé par le fleuve.

Le personnel du CISSS des Îles fait en moyenne moins d'heures supplémentaires que le personnel en santé ailleurs au Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

De plus, le CISSS des Îles peut se vanter d'avoir des taux d'heures supplémentaires et d'assurance salaire, causé par les congés de maladie, inférieurs à la moyenne québécoise.

En effet, aux Îles, le taux d'heures supplémentaires est 4,49 % et le taux d'assurance salaire est de 6,34 %, alors que dans l'ensemble du Québec, ces taux s'élèvent respectivement à 5,30 % et 7,66 %.

Le CISSS a aussi économisé 325 000 dollars en frais de chauffage en récupérant la chaleur de la centrale thermique qui fournit l'électricité aux Madelinots.

Il a été impossible mardi de joindre un porte-parole du syndicat du personnel en santé du CISSS des Îles, soit la FSSS-CSN.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Emploi