•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibilité d'élargir la bulle atlantique à la Gaspésie d'ici vendredi

L'ouverture au reste du Canada est « peu probable » avant la fin juillet, selon le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Des touristes sont assis sur une plage de galets. À l'arrière-plan, on voit le Rocher Percé et un bâtiment patrimonial sur une colline.

Des touristes sont assis sur une plage de galets à Percé, en Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada

Blaine Higgs a révélé mardi qu'il aimerait inclure la Gaspésie dans la bulle atlantique d'ici la fin de la semaine. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick croit cependant que l'inclusion des autres provinces devra attendre au moins une autre semaine.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse Stephen McNeil abonde dans le même sens et ajoute que la décision sera prise en fonction de l'épidémiologie du moment dans les jours et les semaines à venir.

À l’Île-du-Prince-Édouard, on avance plus prudemment. Le premier ministre Dennis King s'est opposé à plusieurs reprises à l'ouverture de sa province au reste du Canada, et ce, au moins jusqu'au mois d'août.

Des agents en uniforme le visage couvert de masques parlent à des automobilistes dans leurs voitures.

À Cap-Jourimain au Nouveau-Brunswick, des automobilistes font la file dans l'après-midi du 3 juillet 2020 pour entrer sur le pont de la Confédération qui mène à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Une ouverture au reste du Canada « peu probable »

La bulle atlantique ne risque pas de s’ouvrir aux autres Canadiens ce vendredi 17 juillet, comme il avait précédemment été envisagé, selon le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Je serais très surpris de voir du mouvement avant la fin du mois, a affirmé John Haggie. Il soulignait plus tôt cette semaine que la baisse du nombre de cas à travers le pays était encourageante.

Le premier ministre Dwight Ball avait fait miroiter la date du 17 juillet lors de l'annonce de la création de la bulle atlantique, le 24 juin.

John Haggie reste toutefois attentif aux stratégies des autres provinces, en citant notamment l'exemple de l'Ontario. Ses régions les plus densément peuplées et situées dans les environs de Toronto demeurent en confinement, malgré l'assouplissement des restrictions dans le reste de la province.

Le 17 juillet, un calcul mathématique

Le ministre Haggie a expliqué mardi que le choix de la date du 17 juillet était simplement arithmétique. Le 17 juillet est 14 jours après le 3 juillet, soit la date de l’instauration de la bulle atlantique, et la période d’incubation connue du virus est aussi de deux semaines.

Depuis la mise en place de la bulle, les quatre provinces qui la composent ont toutes recensé de nouveaux cas de COVID-19 liés à des personnes ayant voyagé à l’extérieur de la bulle.

Notre défi consiste maintenant à déterminer quelle est la prochaine étape raisonnable et quand elle doit être franchie.

John Haggie, ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador
John Haggie devant un micro.

Le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie.

Photo : CBC/Danny Arsenault

L’Île-du-Prince-Édouard sous surveillance

Avec la récente éclosion dans un hôpital de Charlottetown, les autorités sanitaires de Terre-Neuve-et-Labrador ont particulièrement à l’oeil l’Île-du-Prince-Édouard, mais également toutes les recrudescences de cas en Atlantique.

La personne à la source de l’éclosion sur l’île est un travailleur de la santé qui a été dépisté dimanche. L’homme en question avait quitté Toronto pour se rendre sur l'île et, en tant que travailleur essentiel, avait été autorisé à reprendre son travail après avoir subi un test de dépistage qui s'était révélé négatif à son arrivée.

Finalement, après avoir travaillé sept quarts de travail, un autre test a révélé qu'il était infecté par la COVID-19.

Selon le ministre Haggie, ce cas illustre les ratés des tests de dépistage et l'importance pour les autorités d’insister sur le respect de la période de quarantaine.

Le seul test de dépistage sur lequel nous pouvons compter et sur lequel nous nous sommes appuyés est celui des 14 jours d'auto-isolement. C'est particulièrement vrai pour les travailleurs de la santé.

John Haggie, ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador

Dans le même ordre d’idées, la médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard, la Dre Heather Morrisson, déclarait lundi qu'une nouvelle ouverture de la frontière pour la province était, à ce stade, prématurée.

La COVID-19 en Atlantique

  • Terre-Neuve-et-Labrador compte un cas actif de COVID-19, lié à un voyage aux États-Unis.
  • Le Nouveau-Brunswick a signalé un nouveau cas mardi, pour un total de deux cas actifs.
  • L'Île-du-Prince-Édouard recense neuf cas actifs, un de plus que lundi.
  • Il n'y a plus qu'une seule personne malade connue des autorités en Nouvelle-Écosse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !