•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 consortiums pour le tramway : « Une belle surprise », dit Régis Labeaume

Régis Labeaume, maire de Québec

Régis Labeaume, maire de Québec

Photo : Radio-Canada

Trois consortiums ont signifié leur intérêt à soumissionner pour conceptualiser et construire les infrastructures du réseau structurant de transport en commun (RSTC). Les trois entités intéressées sont Modernicité, Groupe tram du lys et Mobilité de la Capitale.

Pour l’instant, la Ville de Québec ne donne aucune information sur les entreprises qui forment ces consortiums. Le maire Régis Labeaume affirme néanmoins qu’il s’agit nécessairement de grandes entreprises, puisqu’il est impensable de vouloir réaliser un projet de 3,3 milliards de dollars sans avoir les reins financiers très solides et avoir toutes les connaissances techniques appropriées.

Normalement, les consortiums sont constitués de grandes firmes d'ingénierie, de grandes firmes de construction civile et de grands fabricants de véhicules.

Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire a qualifié de bonne surprise le fait que trois consortiums se soient montrés intéressés. Il espérait qu'il y en aurait au moins deux. Ça garantit une saine compétition et c'est le projet qui va en sortir gagnant.

Dans les prochaines semaines, le bureau de projet analysera les dossiers qui lui ont été soumis pour déterminer si les consortiums répondent aux critères de qualification pour réaliser le projet. La Ville indique que tout le processus sera supervisé par un vérificateur indépendant.

L’administration Labeaume espère toujours passer à la prochaine étape, les appels de propositions, à la fin de l’été. Cet échéancier pourrait toutefois être retardé par le désir du ministère des Transports du Québec d’actualiser les études d’achalandage pour prendre en compte l’arrimage avec le troisième lien et le retrait du trambus.

Le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville s’est d’ailleurs montré persuadé que ces nouvelles études pourraient repousser les appels de propositions jusqu’aux prochaines élections municipales. C’est ce que souhaite Jean-François Gosselin qui martèle depuis des mois que les résidents de Québec devraient avoir le droit de se prononcer sur ce projet majeur.

Jusqu’à présent, Régis Labeaume n’a pas commenté les nouvelles études réclamées par le gouvernement Legault. On en parlera dans quelques jours, d’une journée à l’autre, a-t-il laissé tomber mardi.

Dossier d’affaires rendu public

Le maire est aussi agacé par la décision du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement [BAPE] de rendre public, vendredi, le dossier d’affaires de l’ensemble du projet. La Ville de Québec a toujours plaidé que ce document contenait trop d’éléments financiers sensibles et que sa publication risquait de miner le pouvoir de négociation du bureau de projet.

C’est pas un petit projet. J’aurais aimé que les trois consortiums ne connaissent pas notre stratégie pour que le bureau de projet puisse négocier avec un peu de force, a réitéré le maire. Il a ajouté que la Ville ne s’obstinera pas avec le BAPE, même s’il juge la décision très spéciale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !