•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frank Ostrowski demande l’annulation de sa faillite

Portrait en gros plan de Frank Ostrowski.

Frank Ostrowski a passé 23 ans en prison, car il était accusé d’avoir commandité le meurtre de Robert Nieman, un revendeur de drogues (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Frank Ostrowski souhaite annuler sa demande de cessation de paiements déposée en février 2019. Il prévoit de payer ses dettes avec les dommages et intérêts qu’il espère recevoir à la suite d’une poursuite pour condamnation injustifiée dans une affaire de meurtre.

Le mois dernier, Frank Ostrowski a intenté une poursuite contre le Procureur général du Canada, la Ville de Winnipeg, deux chefs de police de Winnipeg et un certain nombre d’officiers et d’avocats qui ont été impliqués dans cette affaire.

Il demande plus de 16 millions de dollars de dommages et intérêts. Il souhaite aussi que l'erreur judiciaire soit reconnue.

Après plusieurs audiences en 2016-2017, la Cour d’appel du Manitoba a finalement écarté les accusations déposées contre Frank Ostrowski, reconnaissant que des éléments pouvant aider la défense n'avaient pas été mis au jour lors de la condamnation en 1987.

Les avocats de la défense soulignaient notamment une entente secrète entre la Couronne et un témoin clé lors du procès ainsi qu’un rapport de la police de Winnipeg qui n'avait pas été transmis aux jurés.

La Cour d’appel n’a pour autant pas acquitté Frank Ostrowski.

260 000 $ de dettes

En juin dernier, Frank Ostrowski a remis un affidavit à la Cour du banc de la Reine du Manitoba dans lequel il expliquait que, quand il a déposé sa demande de faillite, il n’a pas pensé à préciser qu’il prévoyait de demander des dommages et intérêts de plusieurs millions de dollars pour sa condamnation injustifiée pour meurtre mise de côté en 2018.

Selon les documents, le Manitobain doit 260 000 $ à des banques, à des entreprises de crédit, à l'Agence de revenu du Canada et pour un prêt personnel.

C’est son avocat qui lui a indiqué qu’il aurait dû communiquer son intention de porter plainte et il demande donc à la Cour du banc de la Reine du Manitoba d’annuler sa demande de cessation de paiements.

La requête sera entendue mardi prochain.

Avec les informations de Caroline Barghout

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Procès et poursuites