•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annulation de spectacles du Festif! : l'incohérence des consignes sanitaires dénoncée

Les Cowboys Fringants.

Les Cowboys Fringants devaient faire partie de la programmation.

Photo : Radio-Canada / Véronica Lê-Huu

Le Festif! de Baie-Saint-Paul doit annuler la série de huit spectacles intimes, La petite affaire, qui devait avoir lieu les 24 et 25 juillet. Cette situation pousse plusieurs organisateurs d’événement à remettre en question les directives de la santé publique.

Les organisateurs de La petite affaire avaient prévu offrir des spectacles intimes d’artistes comme Les Cowboys Fringants, Patrick Watson ou Les Trois Accords.

Les Trois Accords.

Les Trois Accords

Photo : Radio-Canada / Matthieu Lavoie

Chaque spectacle avait son protocole sanitaire. Ils étaient présentés dans des lieux isolés et toujours devant un maximum de 50 personnes. Les lieux étaient dévoilés seulement aux détenteurs de billets, une heure avant le début du spectacle, afin de s’assurer que les règles sanitaires allaient être respectées.

Débordements dans les bars

Après les débordements dans certains bars de la région de Montréal, la santé publique a revu sa décision et a demandé, lundi, l’annulation de La petite affaire.

On se mord les doigts parce qu'on sait que ça aurait été des moments magiques. Les Cowboys Fringuants pour 40 personnes autour d'un feu de camp, ça ne s'est jamais vu. On avait vraiment préparé quelque chose d'unique, affirme le fondateur et directeur général du Festif!, Clément Turgeon.

Clément Turgeon, directeur général du Festif!

Clément Turgeon, directeur général du Festif!

Photo : Radio-Canada

Un festival?

La santé publique considère La petite affaire comme un festival, même si les spectacles devaient avoir lieu dans des lieux différents, sur deux jours. Les festivals sont interdits par un décret du gouvernement.

Le Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN), qui représente une cinquantaine de festivals, dénonce cette décision.

C’est quoi? Il faut faire une journée entre chaque spectacle pour ne pas que ça devienne un festival? C’est là l’incohérence de la santé publique. Une municipalité pourrait faire quatre spectacles de suite de 50 personnes, chaque jour, parce que c’est une municipalité et non un festival, affirme le porte-parole du REFRAIN, Patrick Kearney.

Des règles plus claires

Le REFRAIN et la direction du Festif! demandent à la santé publique de rendre ses directives plus claires.

L'enjeu, c'est de savoir c'est quoi exactement le critère. Est-ce que deux shows par jour, plus qu'une journée, c'est un festival? Il manque des informations. Il y a beaucoup de festivals qui ont peur de devoir annuler ce qu'ils devaient planifier, explique Clément Turgeon.

Le REFRAIN déplore que les organisateurs d’événements partout au Québec fassent les frais de débordements qui ont eu lieu principalement à Montréal.

Le vent a tourné vraiment. Le Festival en chanson de Petite-Vallée me l’ont dit, plusieurs festivals me l’ont dit. Il y a un certain braquage de leur santé publique par rapport aux événements. Tout le monde avait l’attente qu’on monte à 250 personnes. Les rumeurs étaient fortes. On savait que ça s’en venait. L’événement est arrivé dans les bars montréalais et boom, ça a cassé, raconte Patrick Kearney.

Pas de réponse

Le REFRAIN, le REMI - qui représente les grands festivals - ainsi que Événements attractions Québec - qui représente plus de 800 événements et attractions - ont développé des fiches de mesures sanitaires pour les festivals.

Elles ont été soumises à la santé publique pour approbation.

Ça a été envoyé à la santé publique depuis plusieurs semaines et on n’a eu aucun retour. Ce n’est pas acceptable. Les festivals ont attendu patiemment au bout du banc que ce soit leur tour. Là, c’est le temps, lance Patrick Kearney.

Les organisateurs du Festif! souhaitent que leur expérience permette au moins de clarifier les règles pour que d’autres organisations puissent présenter des événements.

Avec la collaboration de Patricia Tadros

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts