•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conducteur épileptique : Jonathan Falardeau-Laroche écope de 32 mois

Un homme en complet au centre de la photo et une femme à sa droite, qui le regarde.

Jonathan Falardeau-Laroche au palais de justice de Québec en 2019.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Jugé coupable de négligence criminelle causant la mort en octobre dernier, Jonathan Falardeau-Laroche écope de 32 mois d'emprisonnement. En août 2016, il a happé mortellement une femme enceinte devant le CHUL, à Québec, alors qu’il n’aurait pas dû prendre le volant en raison de son épilepsie.

L’accusé a jusqu’ici tendance à refuser les solutions proposées par les intervenants, a affirmé le juge Pierre L. Rousseau dans sa décision de 14 pages.

L’homme de 26 ans a été reconnu coupable de négligence criminelle causant la mort et de deux chefs d’accusation de négligence criminelle causant des lésions, notamment sur le bébé qui a été mis au monde le jour de la mort de sa mère. La victime, Marie-Pier Gagné, était enceinte de 37 semaines au moment de l'accident.

L’accusé a fait preuve d’une insouciance déréglée et téméraire, faisant fi des commentaires, des nombreux commentaires de ses proches.

Le juge Pierre L. Rousseau

Il a été révélé que Falardeau-Laroche souffre d'épilepsie et n'aurait pas dû se trouver au volant d'un véhicule au moment de l'accident.

M. Falardeau-Laroche a donc été condamné à 32 mois d'emprisonnement pour le chef d'accusation de négligence criminelle causant la mort et à 18 mois pour les deux autres chefs. Il purgera ces peines simultanément.

Fidèle à son habitude, Jonathan Falardeau-Laroche est arrivé au palais de justice, mardi, habillé d'un complet.

Après le prononcé de la peine, il a remis son veston à son avocat, Me Simon Roy, avant de quitter la salle d'audience menottes aux poignets. Il est resté très calme.

La famille de la victime n'a pas souhaité ajouter de commentaire.

L'enfant a survécu

Lors du grave accident, Marie-Pier Gagné, 27 ans, a perdu la vie alors que les secours tentaient de la réanimer directement sur les lieux. Elle sortait tout juste d’un rendez-vous pour un suivi de grossesse au Centre mère-enfant.

Elle se trouvait sur le terre-plein central du boulevard Laurier lorsque le véhicule du conducteur épileptique a quitté la chaussée avant de la faucher.

L'équipe médicale a réussi à sauver l'enfant qu'elle portait, mais n'a rien pu faire pour elle.

Juste avant l’impact, le conducteur, de son côté, quittait le CHUL après un rendez-vous avec son médecin, qui venait de lui déconseiller de prendre son véhicule.

Il rejette la responsabilité sur le manque de clarté de son médecin en août 2016. Selon les experts, il représente un risque de récidive, a mentionné le juge.

Facteurs aggravants

Rappelons que Falardeau-Laroche a provoqué un autre accident, à l’entrée du pont Pierre-Laporte, le 8 décembre 2015. Ses épisodes épileptiques étaient également en cause lors de cette sortie de route.

La déresponsabilisation de l’accusé et le fait qu’il se victimise sont des éléments qui ont été soulignés par le juge comme facteurs aggravants.

Rappelons que la Couronne avait demandé qu'il purge entre 36 et 42 mois d'emprisonnement. Mardi après-midi, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Thomas Jacques, a dit être satisfait du prononcé de la peine.

Le ministère public est satisfait de la peine rendue par l'honorable juge Pierre-L. Rousseau dans le dossier de Jonathan Falardeau-Laroche. Le juge Rousseau a retenu l'ensemble des facteurs aggravants qui avaient été proposés par la poursuite, a-t-il précisé.

De plus, après sa sortie de détention, Jonathan Falardeau-Laroche sera dans l'impossibilité de conduire un véhicule pour une durée de cinq ans.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Procès et poursuites