•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : ajout d'agents de Santé Canada aux postes frontaliers avec les États-Unis

Les fonctionnaires sont chargés de renforcer le dépistage de la COVID-19.

Un poste frontalier fermé entre les États-Unis et le Canada.

La frontière canado-américaine restera fermée jusqu'au 21 juillet prochain.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Ayant constaté une augmentation importante des voyageurs entrant au Canada en provenance des États-Unis, les autorités canadiennes ont décidé d’augmenter le nombre d’agents aux frontières afin de renforcer les opérations de dépistage de la COVID-19.

Les agents sont affectés à 36 points d’entrée aussi bien aériens que terrestres qui accueillent 90 % des voyageurs, a indiqué Tammy Jarbeau, porte-parole de Santé Canada.

Cette décision survient après une recrudescence de nouveaux cas de COVID-19 aux États-Unis et une augmentation du nombre de personnes voulant traverser la frontière au cours des dernières semaines.

Des fonctionnaires de l'Agence de santé publique du Canada (ASPC), y compris des agents de quarantaine, des agents de contrôle clinique et des agents de contrôle, seront sur place pour contrôler les voyageurs entrant au Canada à ces points d'entrée, a-t-elle déclaré.

Selon Mark Stuart, un porte-parole de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), les agents des services frontaliers interrogent d'abord tous les voyageurs sur la raison de leur visite et sur leur état de santé et recherchent des signes visibles de maladie.

Les agents de l'ASFC sont hautement qualifiés pour identifier les voyageurs qui cherchent à entrer au Canada et qui peuvent poser un risque pour la santé et la sécurité, a-t-il ajouté.

Les agents orienteront par la suite tout voyageur soupçonné d'être malade vers un membre du personnel de l'Agence de la santé publique pour une évaluation plus approfondie. Ils vérifient également si une personne est capable de s'isoler correctement ou de se mettre en quarantaine.

Le nombre de passagers terrestres a presque doublé

Le nombre de personnes traversant la frontière terrestre a augmenté depuis le début des restrictions en mars, passant d'environ 115 000 par semaine de fin avril à début mai à 175 000 par semaine fin juin. L'ASFC affirme que ces chiffres concernent le trafic commercial et non commercial.

Le nombre de voyageurs routiers non commerciaux entrant au Canada a presque doublé au cours de cette période, passant d'environ 3300 par semaine à environ 6500.

Après la décision de fermer les frontières entre les deux pays, seuls sont permis les voyages pour raisons professionnelles, pour études, pour les soins médicaux, ou pour le maintien du flux de biens et de services pour les chaînes d'approvisionnement essentielles.

Deux décrets du gouvernement restreignent les voyages au Canada à partir des États-Unis pendant la pandémie. Le premier bloque l'entrée des ressortissants étrangers, sauf dans certaines circonstances exceptionnelles, tandis que le second ferme la frontière terrestre canado-américaine aux voyages non essentiels jusqu'au 21 juillet.

Tous les voyageurs entrant au Canada doivent s'isoler s'ils présentent des symptômes ou se mettre en quarantaine pendant 14 jours sans signe de maladie. Les voyageurs étrangers doivent également remplir un formulaire de recherche de contacts et fournir des informations permettant de vérifier physiquement qu'elles respectent les règles d'isolement.

L'augmentation du trafic transfrontalier est notamment le résultat de l’assouplissement des mesures de confinement. Par exemple, il est possible pour les Américains ayant des membres de la famille immédiate au Canada d’entrer à condition de rester dans le pays pendant un minimum de 15 jours, avec 14 jours en quarantaine.

Avec les informations de CBC

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Frontière fermée, mais ouverte pour le transport de marchandises

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !