•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mer de Chine, nouveau point de tension entre Washington et Pékin

Les revendications de Pékin en mer de Chine s’opposent à celles d'autres pays riverains comme le Vietnam.

Le porte-avions américain USS Nimitz en mer de Chine méridionale.

Le porte-avions américain USS Nimitz en mer de Chine méridionale

Photo : via reuters / US NAVY

Radio-Canada

La tension entre Pékin et Washington, qui va crescendo depuis plusieurs mois, connaît deux nouveaux épisodes.

Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, a déclaré lundi que les États-Unis considéraient les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale comme illégales, ce qui ouvre un nouveau chapitre des échanges acrimonieux entre les deux pays.

Nous le disons clairement : les revendications de Pékin sur les ressources extraterritoriales dans la plus grande partie de la mer de Chine méridionale sont complètement illégales, de même que sa campagne d'intimidation pour les contrôler, a indiqué M. Pompeo dans un communiqué.

Il a précisé qu'un tribunal de la cour permanente d'arbitrage de La Haye avait jugé en 2016 que la Chine n'avait pas de base légale pour revendiquer des droits historiques sur cette zone.

Le monde ne permettra pas à la Chine de traiter la mer de Chine méridionale comme son empire maritime, a-t-il ajouté.

Les États-Unis rejettent depuis longtemps les revendications de la Chine sur la quasi-totalité des îlots et récifs de la mer de Chine méridionale face aux pays riverains (Malaisie, Vietnam, Philippines, Brunei).

Manœuvres militaires

Au début de juillet, la Chine a effectué des manœuvres militaires en mer de Chine méridionale, autour des îles Paracels, ce qui a provoqué une vive réaction du Vietnam, qui revendique ces îles occupées par la Chine depuis 1974.

De leur côté, les Philippines ont obtenu gain de cause devant les tribunaux internationaux contre la Chine, qui revendique des droits historiques sur presque toute la mer de Chine.

Le Pentagone a dénoncé ces exercices militaires chinois et a dépêché dans la région ses porte-avions Ronald Reagan et Nimitz.

Réplique de Pékin

En guise de représailles à la décision américaine de refuser des visas à trois hauts responsables chinois accusés d'avoir orchestré la répression contre des musulmans ouïgours dans le Xinjiang, Pékin a annoncé lundi des sanctions contre des élus américains.

Il s’agit de Marco Rubio et de Ted Cruz, ancien candidat aux primaires présidentielles, et du représentant Chris Smith.

En outre, le responsable du département d'État chargé de la liberté religieuse, Sam Brownback, qui a le titre d'ambassadeur, est sanctionné par Pékin, a précisé la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Cependant, la porte-parole n'a pas précisé la nature de ces sanctions.

La semaine dernière, le ministère chinois des Affaires étrangères avait évoqué des mesures de réciprocité.

Nous appelons les États-Unis à retirer immédiatement leur mauvaise décision et à cesser toute parole et action qui constitue une ingérence dans les affaires de la Chine et nuit aux intérêts chinois, a déclaré Hua Chunying.

Ted Cruz a réagi à l'annonce en estimant que le Parti communiste chinois était terrifié.

De son côté, Marco Rubio a ironisé sur Twitter. J'imagine qu'ils ne m'apprécient pas?, a-t-il écrit au sujet des dirigeants chinois.

Washington et des organisations de défense des droits de l'homme accusent Pékin d'avoir fait interner jusqu'à un million de musulmans, principalement de l'ethnie ouïgoure, dans des camps du Xinjiang au nom de la lutte antiterroriste.

La Chine dément ce chiffre et affirme que ces personnes sont emmenées dans des centres de formation professionnelle, destinés à les aider à trouver un emploi afin de les éloigner de la tentation de l'extrémisme.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International