•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étape 3 du déconfinement accueillie avec satisfaction, mais aussi prudence

Une femme qui porte un masque tourne une affichette qui signale qu'un restaurant est ouvert.

Les restaurants pourront servir un certain nombre de clients à l'intérieur en respectant la distanciation physique.

Photo : getty images/istockphoto / Getty Images/iStock/Natalie_magic

Radio-Canada

La relance progressive de l’économie ontarienne est accueillie avec enthousiasme par certains, mais également par des appels à la prudence.

Le gouvernement ontarien a annoncé lundi que 24 régions de la province passeront à la troisième phase du déconfinement vendredi. D’autres commerces pourront donc ouvrir et des rassemblements plus nombreux seront autorisés, en appliquant des mesures sanitaires strictes.

Dans le nord de la province, l’entraîneur Yanick Baillargeon d’Elliot Lake a offert des cours en ligne et sur les médias sociaux, pour permettre à ses clients de garder la forme pendant le confinement.

Il a aussi trouvé une façon de proposer des séances d’entraînement individuel à des athlètes amateurs, mais il a perdu des contrats depuis le début de la pandémie.

Des poids sur une barre dans une salle d'entraînement.

Même si Yanick Baillargeon ne pourra recevoir que 30 % de l'achalandage habituel et que les mesures d'hygiène seront plus contraignantes, il pense que ça va fonctionner.

Photo : Getty Images/iStock/kzlmax

Vendredi, il pourra ouvrir les portes de son centre d'entraînement physique.

Il y aura des contraintes. Nous pourrons accueillir environ 30 % des clients à la fois. Nous prendrons leur température en entrant et ils devront absolument nettoyer leur équipement quand ils auront fini, explique-t-il.

Comme son gymnase n’est pas immense et qu’il n’est habituellement pas complètement rempli, M. Baillargeon pense qu’il pourra gérer la situation.

Plus au nord, la propriétaire du Théâtre de Hearst n’a pas l’intention d’ouvrir les portes de sa petite salle de cinéma de 117 places pour le moment, parce que cela ne serait pas rentable.

Il faut que tu condamnes une rangée sur deux, et que tu t’assures que les gens restent à leur place, raconte Killy-Ann Brunet.

C’est beaucoup de supervision. Les gens viennent ici pour se divertir, puis on leur dirait : ‘’Ah, t’as pas le droit de bouger, t’as pas le droit de faire ça’’. Ça tue le fun.

Killy-Ann Brunet, propriétaire du Théâtre de Hearst
Killy-Ann Brunet assise seule dans une petite salle de cinéma vide.

Killy-Ann Brunet estime qu'il n'est pas rentable de rouvrir le Théâtre de Hearst pour le moment.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Mme Brunet fait par ailleurs valoir que la sortie de superproductions a été reportée en raison de la fermeture des grandes salles et que l’offre de films est moindre présentement.

De son côté, le maire de Sudbury se réjouit que sa ville fasse partie des régions qui passent à la troisième étape du déconfinement.

Brian Bigger attribue ce retour à la normale à la discipline des dirigeants et de la population, qui ont suivi les directives des experts en santé publique.

Il sera encore plus important que les résidents du Grand Sudbury continuent à garder leurs distances, et à porter un masque quand cela n’est pas possible.

Brian Bigger, maire du Grand Sudbury

La Ville de Toronto, tout comme les régions voisines de York, Peel, Durham et Halton, ne passera pas à la troisième phase vendredi.

Et ce n’est pas une punition, aux yeux du maire John Tory.

La province ne nous retient pas en arrière; je dirais plutôt qu’elle nous a écoutés. J’en suis très reconnaissant.

John Tory, maire de Toronto

Il souligne que Toronto est une grande ville, densément peuplée, des éléments qui entrent en jeu dans la planification du déconfinement.

Le maire John Tory fait une déclaration, en point de presse.

Le maire John Tory pense qu'il est bon que Toronto demeure à la deuxième étape, pour le moment.

Photo : Radio-Canada

Les maires de la région de Toronto sont satisfaits que la province opte pour une approche prudente et une réouverture par région.

Dans un communiqué conjoint, les maires de Toronto, Mississauga, Brampton, Markham et Vaughan s’inquiètent toutefois des conditions dans lesquelles les bars et les boîtes de nuit pourront rouvrir, au cours de la troisième phase.

Dans d’autres provinces et États, certains sont devenus des foyers d’infection.

Des gens dansent sur une piste de danse.

Des soirées dans les bars et les rassemblements qui ont suivi ont entraîné une augmentation des cas, dans certaines villes canadiennes et américaines.

Photo : Getty Images / mediaphotos

Au cours de cette troisième phase, le gouvernement ontarien va permettre aux bars et aux boîtes de nuit qui servent de la nourriture d’accueillir les clients à l’intérieur, s’ils peuvent s’installer à des tables et respecter la distanciation physique. Les pistes de danse ne pourront pas être utilisées pour le moment.

Le virologue Hugues Loemba, de l’Hôpital Montfort d’Ottawa, note que l’intérieur des bars et des boîtes de nuit présente des conditions quasi idéales pour une transmission efficace de ce virus.

La proximité physique, la période de temps prolongée que les gens passent dans les bars, la ventilation qui entraîne une recirculation de l’air sont autant de facteurs qui peuvent présenter des risques de transmission, à son avis.

Même si le nombre de personnes est limité à 50 à l’intérieur, le Dr Loemba estime que les propriétaires et les clients devront appliquer méticuleusement les précautions sanitaires.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La situation des régions qui sont toujours à la deuxième étape sera évaluée chaque semaine, et le nom de celles qui pourront passer à la phase suivante, annoncé le lundi.

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr David Williams, aimerait que toutes soient passées à la troisième étape d’ici la fin de juillet.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Avec les informations de Francis Bouchard, Sophie Houle-Drapeau et Michel Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Coronavirus