•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième vague... de demande de masques

Jeune fille en train de faire un masque protecteur à partir d'un chandail.

Il existe plusieurs tutoriels sur le web sur comment fabriquer un masque non médical.

Photo : Getty Images / ti-ja

Tanya Neveu

Les fabricants de masques en Abitibi-Témiscamingue sont à nouveau débordés. Avant même que le premier ministre Legault confirme lundi après-midi que les masques seraient obligatoires dans les lieux publics intérieurs, les fabricants de couvre-visages étaient déjà sollicités.

Sandra Doherty sollicite l’aide d’une bonne partie de sa famille. Son conjoint, ses beaux-parents et ses sept enfants ont pratiquement tous une tâche.

Les prochains jours seront chargés et elle en est consciente.

Il y a deux jours, j’étais à zéro commande. Depuis ce matin, on a eu une vingtaine de commandes. Certaines de 80 masques. C’est reparti pour une deuxième vague de masques, dit la propriétaire de l’entreprise Mouton frileux.

Devant une pénurie d’élastique et de tissu en mai dernier, l’entrepreneure a renfloué son inventaire.

Question élastique, j’ai prévu le coup. J’ai des élastiques pour le reste de ma vie. Question de tissu, j’ai quand même une centaine de choix de tissus, raconte Sandra Doherty.

De coiffeur à fabricant de masques

Masques Abitibi est une nouvelle entreprise née pendant la pandémie, exclusivement pour la confection de masque.

Coiffeur de profession, Mickael Gosselin a eu plusieurs semaines pour perfectionner ses techniques de couture pendant le confinement.

Depuis lundi matin, sa liste de commande augmente. Lundi après-midi, il avait déjà plus de 1 000 masques à confectionner.

Je jongle encore avec les deux entreprises, mais ce matin, vu l’engouement et les commandes en ligne qui n’arrêtaient pas de rentrer, j’ai fermé ma semaine pour mon autre entreprise afin de donner un "go" là-dessus cette semaine, raconte Mickael Gosselin.

Des délais pourraient être à prévoir pour la livraison ou la réception des masques. La nouvelle réglementation entre en vigueur ce samedi 18 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Coronavirus