•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'exploitation sexuelle des enfants augmente durant la pandémie

Un téléphone cellulaire sur le lit d'une jeune femme.

Selon le Centre national de coordination contre la traite de personnes (CNCTP), les victimes d'exploitation sexuelle reçoivent souvent un téléphone cellulaire de leur abuseur pour qu'il soit en contact direct et constant avec elles.

Photo : Getty Images / sestovic

Radio-Canada

La police et des experts indiquent que les agresseurs profitent de l’augmentation de la présence en ligne des jeunes durant la pandémie de COVID-19 pour commettre leurs crimes.

Stephen Sauer, directeur du Centre canadien de protection de l’enfance, a vu le nombre de signalements d’abus ou d’exploitation sexuelle sur des enfants augmenter de 81 % entre avril et juin.

C’est une nouvelle épidémie, en ligne.

Stephen Sauer, directeur du site Centre canadien de protection de l’enfance

Au Centre national de coordination contre l’exploitation des enfants (CNCEE), le sergent Arnold Guérin coordonne les enquêtes portant sur l’exploitation sexuelle des enfants en ligne et la pornographie juvénile. Il dresse le même constat : les signalements d’exploitation sexuelle des jeunes augmentent.

Arnold Guérin indique qu'au début de la pandémie, son unité a noté la présence de délinquants sexuels sur les réseaux sociaux, des sites de diffusion en direct et sur le web caché, à la recherche d’enfants avec qui parler ou à rencontrer.

En mars, lorsque la pandémie a frappé chez nous, nous avons vu de grandes entreprises comme Google, Facebook et Microsoft nous signaler plus de cas d’exploitation sexuelle sur des enfants, indique Arnold Guérin.

Lorsqu’une compagnie note ce genre d’activité en ligne, elle le signale aux services de police du pays où se trouve l’agresseur, d’après le sergent. Les signalements faits par ces compagnies arrivent par milliers chaque mois, selon lui.

Selon notre unité, cette augmentation est clairement reliée à la COVID-19. Plus de gens sont à la maison, en ligne, et les enfants passent un temps démesuré devant les écrans.

Sergent Arnold Guérin

En Alberta par exemple, 18 hommes font face à un total de 65 accusations liées à l’exploitation d’enfants en ligne. L’Unité d'exploitation d'enfants en ligne de l'Équipe policière intégrée de l’Alberta (ALERT) a reçu en mars 243 signalements, un nombre bien au-dessus de leur moyenne de 110.

Pour lutter contre ces crimes, qui touchent parfois les plus jeunes, d’après Arnold Guérin, Stephen Sauer recommande aux jeunes de faire preuve de prudence, de s’assurer de connaître la personne avant de lui parler et de se méfier des situations qui rendent inconfortable.

L'agence policière européenne Europol note aussi, dans un rapport publié le mois dernier, une augmentation de la circulation en ligne de contenus d’abus sexuels commis sur des enfants.

Le Centre national pour les enfants exploités et disparus des États-Unis rapporte pour sa part une augmentation de 106 % de ces activités illégales à travers le monde.

D’après des informations d’Elizabeth Thompson, pour CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Crimes et délits