•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'amitié observée chez les bélugas

Un groupe de dix bélugas vu du ciel.

Les bélugas forment des réseaux sociaux au-delà des liens familiaux.

Photo : NOAA/Lisa Barry

Radio-Canada

Un peu à l’image des humains, les bélugas (Delphinapterus leucas) forment des réseaux sociaux au-delà des liens familiaux, ont découvert des biologistes américains.

Ces travaux sont les premiers à analyser la relation Cette observation a été réalisée par le Pr Greg O'Corry-Crowe et son équipe de l’institut océanographique Harbor Branch situé à Fort Pierce, en Floride, alors qu’ils étudiaient les liens familiaux et les comportements sociaux de bélugas dans 10 zones différentes de l'Arctique.

Les données que les chercheurs ont récoltées montrent ainsi que non seulement ces mammifères marins interagissent régulièrement avec leurs familles, y compris leurs proches parents maternels, mais qu'ils s'associent aussi fréquemment avec des individus plus éloignés, parents ou pas.

Les bélugas forment ainsi des sociétés à plusieurs niveaux, des relations mère-bébé à celles de communautés entières.

De ce point de vue, notent dans un communiqué les auteurs dont les travaux sont publiés dans les Scientific Reports (Nouvelle fenêtre) (en anglais), les communautés de bélugas présentent des similitudes avec les sociétés humaines où les réseaux sociaux, les structures de soutien, la coopération et les cultures impliquent des interactions entre parents et non-parents.

Le saviez-vous?

  • Le terme béluga signifie celui qui est blanc en russe. Toutefois, ces cétacés ne deviennent complètement blancs qu’entre six et huit ans. Les bébés sont bruns ou gris foncé et pâlissent avec le temps.
  • Les bélugas vivent principalement en Arctique, et les deux tiers de la population mondiale (environ 136 000 individus) passent l’été dans les eaux canadiennes.
  • Quelques petites populations se retrouvent plus au sud, y compris dans l’estuaire du Saint-Laurent.

Les bélugas peuvent vivre environ 75 ans. Ils chassent et se déplacent en groupes de deux à quelques dizaines, bien que des groupes plus imposants de centaines d’individus ne soient pas exceptionnels.

Ils ont tendance à rester au sein de leur communauté natale, mais cette étude révèle qu’ils peuvent également former des affiliations à long terme avec des individus qui ne sont pas de leur famille.

Des groupes dynamiques

Dans leurs observations menées dans dix habitats du béluga (aux États-Unis, en Russie, en Norvège et au Canada) couvrant toute l'aire de répartition de l'espèce, les scientifiques ont recensé un nombre limité de types de troupeaux allant du duo mère-bébé et de groupes de mâles adultes à des ensembles d’individus des deux sexes d’âges différents évoluant dans de grands troupeaux.

Ces types de groupes ont été observés régulièrement dans l'ensemble des habitats. De plus, certains comportements ont été associés au type de groupe. Les chercheurs notent aussi que l'appartenance des individus à un certain groupe est dynamique, et que ces derniers peuvent changer de clan.

Cette étude va nous permettre de mieux comprendre pourquoi certaines espèces sont sociales, comment les individus apprennent des membres du groupe, mais également comment les cultures animales émergent, explique le Pr Greg O'Corry-Crowe dans le communiqué.

En outre, ces travaux ouvrent la porte à d’autres recherches sur ce qui constitue la résilience des espèces, et comment des espèces comme le béluga peuvent répondre aux nouvelles menaces, notamment celle du changement climatique, conclut M. O'Corry-Crowe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !