•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ubisoft annonce le nom du nouveau patron de son studio de Montréal

Christophe Derennes, nouveau directeur des studios montréalais d'Ubisoft.

Christophe Derennes, anciennement vice-président exécutif à la production des studios montréalais d'Ubisoft, prend la tête des bureaux de l'entreprise dans la métropole.

Photo : Ubisoft

Le géant des jeux vidéo Ubisoft a annoncé lundi la nomination de Christophe Derennes à la tête des studios montréalais de l'entreprise. Cette promotion survient deux jours après le départ de trois hauts cadres, dont le patron des studios canadiens, en lien avec des allégations de harcèlement.

Dans un communiqué transmis en fin d'avant-midi, Christine Burgess Quemard, la directrice générale de l'entreprise, mentionne ainsi que M. Derennes, anciennement vice-président exécutif à la production à Montréal, supervisera les milliers d'employés des bureaux de la métropole.

Le campus montréalais de la compagnie était auparavant dirigé par Yannis Mallat, et ce, depuis une quinzaine d'années.

Les autres studios canadiens, qui étaient aussi sous la direction de M. Mallat, relèveront directement de Mme Burgess Quemard, à Paris, où se situe le siège social de l'entreprise, lit-on encore dans le communiqué.

Cette décision est difficile mais nécessaire compte tenu de l’ampleur des problèmes remontés au cours des dernières semaines au sein de nos studios de Montréal et de Toronto, écrit ainsi Mme Burgess Quemard.

Je suis confiante dans la capacité de Christophe à vous mener vers de nouvelles réussites, tout en assurant un environnement de travail inclusif et sûr pour chacune et chacun d’entre vous, a précisé Mme Burgess Quemard.

Cette dernière a également évoqué des orientations et des actions pour changer les choses, notamment pour apporter une plus grande diversité à tous les niveaux du studio, à commencer par une plus grande parité dans l’équipe de direction d’ici la fin de l’année.

Démissions surprises

Samedi soir, Ubisoft a annoncé sans préavis le départ de M. Mallat, mais aussi celui de Serge Hascöet, directeur créatif pour l'ensemble de l'entreprise et numéro deux dans l'organigramme d'Ubisoft, tout juste sous le président et cofondateur Yves Guillemot.

Cécile Cornet, directrice monde des ressources humaines, a aussi quitté son poste.

Dimanche, plusieurs employés et ex-employés d'Ubisoft, et plus spécialement du studio de Montréal, ont affirmé qu'il régnait, au sein de l'entreprise, une culture d'absence d'imputabilité, voire une ambiance toxique.

Si plusieurs doléances concernent Yannis Mallat, ou encore les proches d'Yves Guillemot, capables de faire ou de défaire une carrière en un claquement de doigts, d'autres font état de mœurs et de comportements répandus dans l'ensemble de l'entreprise, voire dans l'industrie montréalaise du jeu vidéo dans son ensemble.

Une employée a d'ailleurs estimé que les démissions de samedi soir, la deuxième vague de départs annoncés en deux semaines, sont une tentative de sauver les meubles.

Au fil des semaines, de nombreuses plaintes pour harcèlement ou comportement inapproprié ont été déposées contre des employés d'Ubisoft. D'autres dénonciations portent plutôt sur des tentatives, dit-on, d'étouffer les problèmes et d'éviter que les hauts gradés fautifs ne soient inquiétés.

Le grand patron d'Ubisoft, Yves Guillemot, avait annoncé la tenue d'enquêtes internes pour faire la lumière sur ces problèmes.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Jeux vidéo

Économie