•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-chef de Wôlinak Denis Landry acquitté de fraude

Denis Landry dans un corridor du palais de justice de Trois-Rivières.

L'ex-chef de la communauté abénaquise de Wôlinak Denis Landry a été acquitté des accusations de fraude déposées contre lui.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Roberge

L’ancien chef de la communauté abénaquise de Wôlinak Denis Landry, à qui l’on reprochait d’avoir fraudé le conseil de bande, a été acquitté lundi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

La Direction des poursuites criminelles et pénales a annoncé qu’au terme de l’enquête préliminaire elle n’avait pas suffisamment de preuves pour poursuivre les procédures judiciaires et amorcer un procès.

On reprochait à Denis Landry d’avoir reçu plusieurs remboursements pour des dépenses non justifiées totalisant plus de 5000 $. Parmi celles-ci, des frais juridiques, des remboursements pour une chasse communautaire et des remboursements de frais pour des certificats de naissance pour ses parents et lui.

On me réclamait notamment une carte de la zec Louise-Gosford, mais ça, c’est lors de la négociation avec la ZEC pour que les Abénaquis aient un droit de chasse. Ce n’est pas une carte qui m’appartenait personnellement, elle est restée au bureau. Concernant la chasse communautaire, c’était une carte de sentier tout à fait justifiée, a expliqué Denis Landry.

L’ex-chef estime faire l’objet d’une vendetta par l’actuel chef de bande, instigateur de la plainte et principal témoin lors de l’enquête préliminaire

Je me sens lésé dans cette affaire parce qu’il s’agit seulement d’une attaque politique. Je ne peux pas en vouloir à la Cour du Québec d’avoir embarqué là-dedans parce que ce n’est pas clair, même nous on doit garder les vieux jugements et s’y référer. Ce que je peux vous dire, c’est que si quelqu’un fait attention aux dépenses, c’est bien moi. C’est la troisième fois qu’on faisait une enquête sur moi sans dénouement, conclut-il, disant faire l’objet d’acharnement.

Denis Landry entend se présenter de nouveau dès la prochaine élection du conseil de bande.

L’actuel chef de bande estime avoir fait son travail

Michel R. Bernard, l’actuel chef de bande, mentionne qu’il est du devoir du chef en poste de veiller aux finances du conseil de bande. Après avoir constaté des irrégularités, il a porté plainte aux policiers. Il invite fortement son éventuel successeur à faire la même chose, soit de valider chacune des dépenses actuelles et antérieures. Selon lui, ces démarches font partie d’une saine gestion.

Avant son arrivée, le conseil de bande était en situation financière précaire. Le ministère des Affaires autochtones avait même dû intervenir. D'après M. Bernard, la bande était endettée de plus d’un demi-million de dollars.

Depuis son arrivée, une piscine municipale a été construite. Des projets de casino et de pharmacie sont sur les rails. Il estime avoir respecté ses engagements et n’entend pas à l’heure actuelle solliciter un autre mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Procès et poursuites