•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seuls les résidents du canton de Champlain pourront profiter de la plage de L’Orignal

Une plage avec des palapas, des parasols de chaume d'inspiration mexicaine.

La plage de L'Orignal est maintenant interdite d'accès aux personnes qui ne résident pas dans le canton de Champlain.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada

Devant l’achalandage important de la plage de L’Orignal et les risques de propagation de la COVID-19, le conseil du Canton de Champlain a décidé d’interdire l’accès au site aux non-résidents, et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Toute personne de 13 ans et plus qui veut profiter des berges doit obligatoirement présenter une pièce d’identification à l’entrée du parc L’Orignal. Les plaisanciers venus de l’extérieur du canton ne pourront pas non plus mettre leur embarcation à l’eau depuis la rampe de lancement du parc.

Nous sommes devant une situation où la plage est surpeuplée. Nous ne pouvons pas identifier qui vient d’où. Mais en limitant l’accès aux résidents seulement, on limite le risque de propagation de la COVID-19 dans notre communauté, a soutenu le maire du Canton, Normand Riopel, lors d’une réunion virtuelle du conseil qui s’est déroulée jeudi.

On a très peu ou pas de cas dans notre municipalité de COVID-19. On est dans une bonne place. Ne faisons pas exprès pour l’inviter chez nous.

Normand Riopel, maire du Canton de Champlain

Déjà, la mesure semble porter ses fruits, a constaté M. Riopel, après le premier week-end d'accès restreint. Disons que la plage a été très bien contrôlée en fin de semaine et ça paraissait. Il y avait très peu de gens qui se sont présentés à la plage, a-t-il indiqué.

Une question de tabac et d'alcool

Ce n’est pas que la pandémie qui a poussé le conseil à adopter cette nouvelle mesure, a également noté M. Riopel. On ne peut pas contrôler la foule, beaucoup de gens n’obéissent pas à l’interdiction de fumer. Beaucoup de gens boivent de l’alcool […] on a fait tout ce qu’on pouvait pour contrôler la situation, a-t-il plaidé.

On a investi beaucoup d’argent à la plage, on l’a embelli énormément. Les gens ne respectent pas les consignes et pourtant on a de belles grosses pancartes.

Normand Riopel, maire du Canton de Champlain

Le Canton avait déjà quelques mesures dans sa besace pour tenter de faire respecter les règlements à la plage, comme un partenariat avec la Police provinciale de l’Ontario (PPO). Mais force est d’admettre que ces outils n’ont pas empêché les gens de se rassembler.

On a été capables de contrôler la foule un peu, mais avec les vacances, on a remarqué un nombre encore plus important de visiteurs à la plage depuis notre dernière rencontre, a souligné Lisa Burroughs, la directrice des parcs et loisirs. En tant que Municipalité, nous n’avons plus les ressources pour gérer des foules de cette taille et la PPO ne peut pas faire des blitz pendant tout un mois.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

On ne pénalise pas les bonnes personnes, croit une conseillère

La résolution a pratiquement été adoptée à l’unanimité. Seule la conseillère Sarah Bigelow s’y est opposée. Il faut aider les entreprises. En restreignant le nombre de personnes qui peuvent fréquenter la plage, je pense que ça pose peut-être un problème, a-t-elle fait valoir.

On va pénaliser les non-résidents qui viennent dépenser leur argent et passer du temps à L’Orignal.

Sarah Bigelow, conseillère

Les enjeux soulevés par la conseillère Bigelow sont valides, a concédé le maire Riopel. Il est toutefois d'avis qu'il fallait néanmoins passer à l’action, puisque le contexte est sans précédent. Si ce n’était pas de la COVID-19, je serais d’accord avec vous à 100 %. À cause que le virus circule, il faut assurer la sécurité de nos résidents, lui a-t-il répondu.

Avec les informations de Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale