•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meng Wanzhou : révéler des documents du SCRS pourrait nuire, dit Affaires mondiales Canada

Meng Wanzhou, photographiée en plan rapproché.

Meng Wanzhou nie toutes les allégations de fraude pesant contre elle. Sa cause devrait se poursuivre devant les tribunaux au moins jusqu’en 2021.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

Selon David Hartman, directeur général d’Affaires mondiales Canada en Asie du Sud, il est préférable de ne pas révéler des informations sensibles du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) aux avocats de Meng Wanzhou. En effet, cela pourrait mettre des vies canadiennes en danger, dégrader davantage les relations Canada-Chine et même compromettre la lutte contre la COVID-19.

David Hartman estime qu'il ne faut pas accéder à la demande des avocats de la directrice financière de Huawei d'obtenir des copies non censurées de documents des services canadiens d’intelligence. Il a rempli une déclaration sous serment à cet effet en juin dernier en vue d’audiences qui auront lieu ce mois-ci à la cour fédérale.

Son affidavit soutient ainsi le procureur général, qui se bat pour que des communications entre le SCRC et le FBI liées à l’arrestation de la femme d’affaires chinoise ne soient pas révélées.

De manière générale, une telle révélation pourrait exacerber les tensions entre le Canada et la Chine et pourrait nécessairement provoquer une réponse nuisible aux relations bilatérales et aux intérêts canadiens, indique M. Hartman.

Étant donné les considérations consulaires, la divulgation pourrait aussi risquer de causer du tort à des vies canadiennes.

David Hartman, directeur général, Affaires mondiales Canada

David Hartman a été directeur général d'Affaires mondiales pour la Chine jusqu’en août 2017.

Michel Guay, agent du SCRS, et lui ont tous deux déposé des affidavits dans ce dossier qui sera entendu pendant quatre jours d’audience à la fin du mois de juillet. Le premier jour des audiences sera ouvert au public et aura lieu le 27 juillet. Les trois jours suivants se feront à huis clos.

Six documents visés

La bataille se joue au sujet de six documents lourdement caviardés du SCRS que le procureur général a finalement rendu aux avocats de Meng Wanzhou après y avoir été forcé par la juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Heather Holmes, qui siège dans cette affaire d’extradition.

Ces documents sont un courriel, des notes et un rapport rédigés avant et après l’arrestation de Meng Wanzhou à Vancouver en décembre 2018.

Dans sa déclaration, David Hartman décrit les dommages déjà causés par cette affaire d’extradition, notamment la crise du canola et la détention arbitraire de deux Canadiens, l'ancien diplomate Michael Kovrig et l’entrepreneur Michael Spavor.

Il ajoute également que la pandémie de COVID-19 souligne la nécessité pour le Canada de collaborer pour ce qui est des relations bilatérales avec la Chine. La Chine a été un important fournisseur d’équipement de protection individuelle, soutient-il.

Il est dans l'intérêt du Canada de veiller à ce que la gestion de notre engagement complexe, mais nécessaire, avec la Chine ne soit pas davantage compromis par les révélations publiques d’informations sensibles.

David Hartman, Affaires mondiales Canada

Le gouvernement américain accuse Meng Wanzhou de fraude dans le but de contourner les sanctions appliquées par les États-Unis contre l’Iran et demande pour cette raison au Canada de lui remettre la femme d’affaires chinoise.

Meng Wanzhou nie ces allégations et affirme également que ses droits ont été violés lorsqu'elle a été détenue à l’aéroport de Vancouver, le 1er décembre 2018, par des agents des services frontaliers, en attendant d'être informée formellement de son arrestation, trois heures plus tard.

Ses avocats avancent aussi que les portions non caviardées des documents du SCRS montrent clairement que les autorités canadiennes ont joué un rôle continu dans son arrestation en collaboration avec le FBI.

D'après des informations de Jason Proctor, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Procès et poursuites

Justice et faits divers