•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie a fortement transformé les dépenses des Canadiens

Des légumes emballés par des pellicules de plastique dans une épicerie.

Les Canadiens ont consacré une plus grande part de leurs revenus à se nourrir depuis le début de la pandémie.

Photo : Getty Images / Romeo Gacad

Radio-Canada

Les ménages canadiens ont dépensé davantage pour se nourrir et se loger pendant la pandémie, alors que les dépenses liées aux transports ou encore aux loisirs ont chuté, révèle une nouvelle enquête de Statistique Canada.

Dans son étude publiée lundi, l'agence fédérale indique que la pandémie de COVID-19 a créé une situation hors norme, transformant radicalement les comportements des Canadiens en très peu de temps.

Les variations ont été si rapides, écrit Statistique Canada, que les méthodes traditionnelles de calcul de l'Indice des prix à la consommation (IPC), soit les changements dans les montants payés par les consommateurs lorsque vient le temps de se procurer un ensemble de biens et services, n'étaient plus tout à fait adaptées.

Statistique Canada dit s'être tournée vers la Banque du Canada et d'autres experts, notamment, pour analyser les dépenses récentes des ménages canadiens afin de mieux évaluer leurs habitudes de consommation depuis le début de la pandémie.

Depuis le début de la crise sanitaire et le confinement d'une bonne partie de la population canadienne, la part des dépenses consacrées à l'alimentation est ainsi passée d'un peu plus de 16 % en février dernier à près de 21 % en avril.

Pour le logement, cette proportion a bondi d'environ 10 points de pourcentage, pour passer de 28 % à plus de 37 %, pendant la même période, précise Statistique Canada.

L'enquête indique également que la part des dépenses consacrées aux transports est passée de 20 % à 12 %, alors que bon nombre de travailleurs ont cessé d'utiliser la voiture ou les transports collectifs pour se rendre au travail ou fréquenter des commerces, restaurants ou d'autres établissements, par exemple.

C'est d'ailleurs dans les montants déboursés pour les loisirs que la chute est la plus importante : la part de cette catégorie de dépenses dans le budget total des ménages a diminué de plus de la moitié, passant de 12 % à 5 % en trois mois. Cela pourrait s'expliquer par la fermeture des cinémas, des salles de spectacle et d'autres lieux du genre en raison des normes sanitaires.

En ce qui concerne l'achat d'alcool, de produits du tabac et de cannabis, toutefois, la proportion des dépenses a grimpé, pour passer de 3 % à 4 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Consommation

Économie