•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque désormais obligatoire dans les transports en commun

Une femme portant un masque débarque d'un autobus.

La majorité des usagers de la STTR portaient le masque lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

C'est à partir d'aujourd'hui que le port du masque est obligatoire dans les transports en commun partout au Québec.

Les usagers bénéficient d'une période de grâce jusqu'au 27 juillet, c'est-à-dire que pour l’instant, ils peuvent monter à bord des autobus sans masque, mais après cette date, ils devront obligatoirement avoir le masque.

Aucune amende n'est prévue pour le moment, la conséquence sera de ne pas pouvoir monter à bord de l'autobus.

Le port du couvre-visage est exigé pour les enfants de 12 ans et plus. Il est recommandé pour les enfants de plus de 2 ans, mais pas obligatoire.

Les enfants de moins de 2 ans, les gens qui ont des problèmes médicaux liés au port du masque ainsi que ceux qui ne sont pas en mesure de mettre un masque eux-mêmes sont exemptés de cette obligation.

Des masques distribués à Trois-Rivières et Drummondville

Pour marquer le début de ce port du masque obligatoire, la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) distribue des masques gratuitement aujourd'hui au terminus du centre-ville, jusqu'à 18 h 30. Environ 600 masques sont disponibles.

Lundi matin, plusieurs personnes sont allées chercher un masque. Les usagers rencontrés étaient tous au courant de la consigne. Plus des trois quarts des gens portaient le masque.

Certains nous ont dit ne pas être d’accord avec l’obligation de se couvrir le visage, mais tous ceux à qui nous avons parlé ont dit qu’ils allaient s’y conformer.

Une autre distribution par la STTR a eu lieu à la fin juin. Plus de 800 masques avaient alors été distribués. Mais avant aujourd’hui, moins de la moitié des gens le portaient, selon des usagers et chauffeurs rencontrés.

La Ville de Drummondville va aussi donner des masques réutilisables aux usagers de son transport en commun, mais plus près de la date du 27 juillet, moment où la période de grâce se terminera. Des employés municipaux vont distribuer les masques les 21, 22 et 23 juillet.

Le réseau de transport de Shawinigan (RTC) n’a pas prévu de distribution de masques.

À qui revient de faire respecter le port du masque?

La STTR ne sait pas encore quelle conséquence elle réservera aux gens qui n'auront pas de masque à partir du 27 juillet.

Ils pourraient, par exemple, être admis dans l'autobus, mais rencontrés par un superviseur dès que possible, ou l'accès pourrait leur être carrément refusé.

Un autobus de la STTR stationné au terminus centre-ville

Les usagers de la STTR doivent désormais porter un masque pour monter à bord d'un de ses autobus.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Les chauffeurs de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) ont actuellement comme consigne d'appeler un superviseur en cas de problème.

Le nouveau président de la STTR, Michel Byette, était au terminus centre-ville ce matin. Il vient tout juste d’être nommé et tenait à venir à la rencontre des chauffeurs et usagers.

Il convient que l'application du port obligatoire du masque ne doit pas incomber aux chauffeurs de la STTR. Il ne faut pas que la responsabilité soit portée par les chauffeurs, je ne pense pas que c’est leur rôle, ils n’ont pas ce mandat-là.

Il va falloir regarder, notamment avec la Ville, est-ce qu'il [pourrait y avoir] une intervention de la Sécurité publique, tous ces éléments-là, à mon point de vue, ça demeure à être clarifié.

Michel Byette, président de la STTR

Le chauffeur Martin Levreault ne voit pas comment il pourrait faire appliquer l'obligation de porter le masque tout en conduisant un autobus.

On ne se mettra pas cela sur les épaules, cette pression-là, a-t-il expliqué. Nous ne sommes pas des policiers, nous ne sommes pas formés pour cela. On a d’autres préoccupations, on a quand même des gens à mener du point A au point B en sécurité, on a un véhicule qui pèse 20 tonnes, il faut se concentrer sur ce qu’on a à faire.

Avec les informations de Marilyn Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Transport en commun