•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ponts patrimoniaux passés au peigne fin

Pont couvert à voie unique par-dessus une rivière.

Le pont couvert de Routhierville a été construit en 1931 (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Quinze ans après que le gouvernement se fut doté d'une orientation visant leur préservation, la direction régionale de Transports Québec a finalement demandé une expertise externe pour valider la valeur patrimoniale de certaines de ses structures.

Cette évaluation aurait toutefois dû être faite il y a 14 ans. L'orientation ministérielle sur l'identification et la gestion des ponts à valeur patrimoniale, adoptée en 2005, exigeait du ministère des Transports qu'il procède à cette évaluation au cours de l'année 2006.

La porte-parole régionale du MTQ, Sophie Gaudreault, mentionne tout de même que les ponts patrimoniaux ont été identifiés depuis un certain temps et que les travaux menés depuis le dépôt de cette orientation n'ont pas altéré leur valeur.

L'évaluation viendra donner une cote, à savoir est-ce que c'est patrimonial faible, modéré ou élevé et le Ministère ne travaillera pas de la même façon, même pour une intervention plus mineure, mentionne la porte-parole.

En 2005, on évaluait à environ 350 le nombre de ponts patrimoniaux au Québec, dont 83 étaient la propriété du MTQ.

Les ponts à valeur patrimoniale, différents par leurs matériaux et leurs technologies, sont voués à la disparition si les interventions qui y sont pratiquées ne sont pas adaptées ou si leur entretien fait défaut.

Orientation ministérielle sur l'identification et la gestion des ponts à valeur patrimoniale, 2005
Rivière avec un pont couvert au loin.

Le pont couvert de Saint-René, au-dessus de la rivière Matane (archives)

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Travail terrain dès septembre

Pour effectuer les évaluations, la direction régionale de Transports Québec a embauché la coopérative de travail L'Enclume, une firme montréalaise spécialisée dans la mise en valeur des territoires. Aucune entreprise de la région ne disposait d'une telle expertise, selon la porte-parole du MTQ.

Le Ministère ne détient pas non plus une telle expertise à l'interne.

Une équipe prendra donc la route vers la fin de l'été et examinera chacun des 17 ponts pour évaluer leur valeur architecturale, par exemple selon les matériaux utilisés et leur provenance, les innovations technologiques, leur concepteur. Mais l'analyse sera beaucoup plus poussée, note l'urbaniste de la coopérative, Christophe-Hubert Joncas.

On va regarder les documents d'archives, on essaie d'avoir une analyse sociale, l'importance pour la communauté de ce pont-là.

Dans plusieurs cas, précise-t-il, les ponts représentent beaucoup plus qu'un simple ouvrage de génie civil et témoignent des liens entre communautés et de l'ouverture du territoire.

Pont à Cascapédia-Saint-Jules.

Ce pont, situé à Cascapédia-Saint-Jules, fait partie de ceux qui seront évalués par le MTQ (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Même les graffitis taillés dans le bois des ponts couverts, sous l'impulsion de la passion du moment, peuvent témoigner de l'importance de l'ouvrage pour la communauté, souligne l'urbaniste.

On peut noter toutes formes d'inscriptions, par exemple, “Jean-Marc aime telle personne”. On rigole, mais ce sont toutes des formes d'appropriation.

Christophe-Hubert Joncas, urbaniste, coopérative de travail L'Enclume

Liste des 17 ponts appartenant au ministère des Transports du Québec qui feront l'objet d'une analyse patrimoniale

  • Cascapédia-Saint-Jules : les deux ponts qui enjambent la rivière Petite-Cascapédia
  • Métis-sur-Mer : pont couvert de la rivière Tartigou
  • Saint-René : les deux ponts couverts
  • Saint-Ulric : pont couvert de la rivière Blanche
  • Baie-des-Sables : pont de la route 132 qui traverse le cours d'eau Basque
  • Routhierville : pont couvert
  • Amqui : pont couvert de L'Anse-Saint-Jean
  • Grand-Métis : pont Arthur-Bergeron
  • Rimouski (Mont-Lebel) : pont couvert
  • Rimouski (Bic) : pont de l'avenue de Saint-Valérien au centre du village du Bic
  • Saint-Antonin : ponts du 1er rang et du chemin du Lac qui traversent la rivière du Loup
  • Saint-Pacôme : pont de la rivière Ouelle
  • Rivière-Ouelle : pont métallique vert de la route 132 situé au centre du village
  • Dégelis : pont du parc linéaire du Petit Témis

Source : ministère des Transports du Québec, direction régionale du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Le pont Arthur-Bergeron déjà dans une classe à part

Le pont Bergeron surplombe la rivière Mitis

Le pont Bergeron surplombe la rivière Mitis

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

La porte-parole du Ministère précise que, dans le cas du pont Arthur-Bergeron, qui doit être remplacé prochainement, le Ministère n'a pas attendu l'analyse externe et a toujours considéré cet ouvrage datant des années 30 comme un pont patrimonial de grande valeur.

Le pont sera préservé et cédé aux municipalités dans le cadre d'un projet de parc régional.

Le contrat octroyé à la coopérative de travail L'Enclume s'élève à 69 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Histoire