•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oshawa embauche des agents de sécurité pour chasser les sans-abri, selon des militants

Un agent de sécurité de CDN Protection à l'extérieur.

Oshawa a embauché des agents de sécurité pour patrouiller dans son centre-ville.

Photo : Faecbook/CDN Protection

Radio-Canada

Des militants pour les sans-abri dénoncent la décision d'Oshawa, en banlieue de Toronto, d'embaucher des agents de sécurité pour patrouiller dans le centre-ville.

La Ville a accordé un contrat de trois mois se chiffrant à 100 000 $ à la firme CDN Protection.

Même si des photos montrent des agents de la firme de sécurité qui patrouillent à Oshawa avec des bergers allemands autour d'établissements privés, il s'agit d'activités passées et le maire Dan Carter assure que CDN Protection n'utilisera pas son unité canine en vertu du contrat conclu avec la Ville.

Selon la motion adoptée par le conseil municipal pour justifier l'octroi du contrat, il y a eu une augmentation au centre-ville de l'usage de drogue, du vandalisme, des graffitis, des défécations en public et de l'itinérance depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Le groupe de militants antipauvreté DIRE affirme toutefois que cet argent aurait été mieux dépensé s'il avait été investi dans les services communautaires.

Avec 100 000 $, la Ville aurait pu offrir de nombreuses heures d'aide psychologique et de thérapie, de traitement [contre les dépendances] à la drogue et l'alcool, et des places dans les refuges, affirme la directrice de DIRE, Christeen Thornton.

D'après elle, le recours à des agents de sécurité ne fera qu'exacerber les tensions existantes entre la Ville et un groupe déjà extrêmement marginalisé.

Le conseiller municipal à l'origine de la motion, Bradley Marks, assure qu'il n'avait « pas d'intentions malicieuses » à l'endroit des sans-abri. L'objectif est de créer un environnement accueillant pour tous les résidents d'Oshawa, affirme-t-il, pas seulement ceux qui souffrent d'une dépendance, par exemple.

Sandra McCormack, la directrice du refuge pour femmes Denise House, pense toutefois qu'il manque une pièce au puzzle. Où dit-on à ces gens d'aller et comment les aide-t-on?, dénonce-t-elle.

Le maire Carter indique, lui, que la firme CDN Protection a été choisie en partie parce que ses agents sont formés en désescalade et en aide médicale d'urgence.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Affaires municipales