•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes sous-représentées aux ECMA, croit une promotrice du milieu

Le groupe micmac Eastern Owl

Le groupe micmac Eastern Owl

Photo :  Facebook

Radio-Canada

Le débat de la représentation des femmes en musique revient à l’avant plan, alors que les East Coast Music Awards (ECMA) se déroulaient en ligne dimanche après avoir été reportés en raison de la pandémie.

L’ancienne membre du jury Kimberly Sinclair dénonce la faible proportion de femmes qui figurent sur la liste des gagnants, et ajoute que ce n'est pas représentatif de l’industrie pour laquelle elle travaille.

La remise de prix récompense depuis une trentaine d’années les créateurs des scènes musicales des quatre provinces de l'Atlantique.

L’Association de la musique de la côte est a diffusé une émission préenregistrée de la remise de prix annuelle sur les ondes de CBC samedi soir. Plusieurs prix avaient déjà été annoncés la veille.

Wintersleep et Tim Baker.

Le groupe Wintersleep (à gauche) est sorti grand gagnant de cette édition des ECMA avec quatre prix.Tim Baker, de Terre-Neuve-et-Labrador, a quant à lui reçu le prix de l’Enregistrement solo de l'année.

Photo : CBC / Vivian Rashotte

Quatre des 27 catégories des Prix de la musique ont été remportées par des femmes ou des groupes mixtes — ce qui correspond à un maigre 14.8 % des gagnants. Ce sont Laura Roy (enregistrement R&B/soul), Eastern Owl (artiste autochtone), Ian Foster et Nancy Hynes (enregistrement inspirant) et Natalie MacMaster (enregistrement folklore/traditionnel).

La propriétaire de SpinCount, une entreprise de promotion musicale en Nouvelle-Écosse, critique aussi la proportion d’hommes parmi les finalistes. Certains prix, comme l'Album de l'année et les meilleurs enregistrements country, rock et folk, ne comptaient qu'une seule femme, ou groupe avec des femmes, parmi les cinq finalistes.

Deux catégories n’avaient d’ailleurs aucune femme finaliste : soit productrice et ingénieure de studio de l'année. Kimberly Sinclair ne comprend pas comment les ECMA peuvent en arriver à un tel résultat.

Nous devons avoir des conversations encore plus larges sur l’industrie de la musique dans son ensemble, et non pas que sur les Prix de la musique de la côte est, sur la façon dont nous pouvons donner davantage de place aux femmes.

Kimberly Sinclair, propriétaire de SpinCount
Tim Chaisson, membre des East Pointers qui joue du violon

Tim Chaisson, membre des East Pointers

Photo : Canadian Beats/Facebook

Le membre des East Pointers Tim Chaisson a lui aussi été choqué de voir un si faible pourcentage de femmes remporter les honneurs cette année. Son groupe a remporté deux prix cette année, soit celui d'auteur-compositeur et d'enregistrement roots contemporain de l’année.

Le chanteur croit qu'il est évident que les résultats devraient être plus équilibrés étant donné le nombre d'artistes talentueux de tous les horizons, genres et cultures qui travaillent dans la région.

Je suis content que les gens expriment ces préoccupations. Il faut absolument avoir cette conversation en ce moment.

Tim Chaisson, chanteur du groupe East Pointers

Un manque de transparence

La promotrice croit qu’il est nécessaire que l’association augmente la transparence du processus qui mène à la sélection des finalistes. Quels artistes ont soumis leur candidature pour quelles catégories, comment les candidats sont-ils choisis et par qui? , illustre-t-elle.

Les candidats sont choisis par un jury de plus de 200 membres composé d'un groupe de professionnels qualifiés de l'industrie régionale, nationale et internationale , peut-on lire sur le site web de l’ECMA.

Kimberly Sinclair ajoute que les noms des membres du jury devraient eux aussi être publics.

Ce n'est qu'avec une telle transparence qu’on pourra comprendre d’où vient le problème, déclare-t-elle.

La question est de savoir si les femmes sont ignorées dans le processus de sélection ou si elles ne proposent pas leur candidature en premier lieu.

Kimberly Sinclair, propriétaire de SpinCount

Si la sous-représentation est liée au manque de candidatures, alors le problème pourrait être que les femmes n’ont pas assez souvent d’équipes pour les appuyer dans ces démarches, qu'elles ne se sentent toujours pas à l'aise au sein de cette industrie ou encore qu’elles croient que les ECMA ne s’adressent pas à elles, explique la promotrice.

Kimberly Sinclair assure toutefois qu’elle est convaincue que les gagnants méritent leurs récompenses, et que le but de sa démarche n’est pas de faire valoir que les candidates féminines étaient meilleures. Il serait toutefois ridicule de prétendre qu'il n'y a pas d'autres femmes qui font de la musique assez bonne pour être finalistes, croit-elle.

Un problème plus large

À l'échelle internationale, des projets tels que Keychange appellent les festivals, les salles de spectacles, les labels et le monde entier à signer un engagement pour atteindre l'équilibre entre les sexes d'ici 2022.

Deux inscriptions provenant des provinces atlantiques y ont été ajoutées hier — Halifax Pop Explosion et Nova Scotia Music Week — en plus de 19 autres inscriptions ailleurs au Canada.

En 2018, le festival Rock the Hub de Truro, en Nouvelle-Écosse, a été critiqué après avoir présenté une programmation entièrement masculine. Le groupe In Flight Safety avait d’ailleurs abandonné son spectacle en conséquence. Un spectacle féminin a toutefois été ajouté à la programmation par après.

Les exemples de Rock the Hub et de l'ECMA 2020 montrent que l'industrie de la musique en Atlantique doit prendre davantage de mesures pour refléter les gens qui en font partie, croit Kimberly Sinclair.

Nous avons énormément de gens talentueux sur la côte est, et nous les célébrons très bien. Je veux juste m'assurer que tout le monde est invité à la fête.

Dean Stairs, président du conseil d'administration des ECMA, a déclaré dans un communiqué que l’association tente de garantir un processus juste et équitable.

Tous les efforts sont faits pour équilibrer le jury par rapport au genre, à la représentation des différentes régions et à l'expertise de l'industrie en dehors de la région atlantique. Ce travail est en cours , a-t-il déclaré.

Avec les renseignements de CBC

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Égalité des sexes