•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dégradations au Fort Ingall suscitent l’inquiétude

Une palissade en train de s'affaisser. Le secteur est protégé par une zone d'accès restreint.

Plusieurs sections de la palissade montrent des signes d'affaissement.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

Radio-Canada

Après de mauvaises surprises, les gestionnaires du Fort Ingall de Témiscouata-sur-le-Lac craignent que l'intégrité de sa fameuse palissade ne soit compromise.

Un poteau portant de cette structure, érigée il y a près de 50 ans, s'est affaissé en novembre dernier. On a alors découvert que sa base était complètement dégradée, ce qui fait craindre aux responsables que le problème ne soit répandu à l'ensemble de la structure.

Un poteau du Fort Ingall complètement décomposé.

La base du poteau-maître qui s'est effondré en novembre dernier était complètement décomposée.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

Celui qui est tombé, c'est un poteau maître qui ne semblait pas du tout avoir de problème. Là on s'est dit : "Oh! On avait déjà des travaux prévus en 2022, mais si plusieurs poteaux maîtres sont brisés, est-ce qu'on va réparer et deux semaines plus tard, ce sera [à nouveau] brisé?", relate Étienne Frenette, le directeur général de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata.

Si l'ensemble des poteaux présentent des signes de pourrissement, l'organisme devra les remplacer pour préserver l'intégrité de cette réplique d'une palissade du début du 19e siècle, construite en 1970 selon les méthodes anciennes.

À chacun des poteaux, il y a une carotte de bois qui a été percée et enlevée et on est rendu à l'étape [d’établir] ce qui est pourri et ce qui est sain, explique M. Frenette.

Étienne Frenette, directeur de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata.

Étienne Frenette, directeur de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

On en saura donc plus sur l'étendue des travaux nécessaires d'ici la fin de l'été.

Le Fort Ingall est devenu un attrait important du Témiscouata. Au total, 7300 visiteurs l'ont visité l'an dernier, ce qui représente des retombées non négligeables pour la région, estime son directeur. On réussit à retenir les gens dans la région et ça, c'est bon pour les hôtels, les motels, les restaurants, etc.

Des bâtiments construits selon des techniques ancestrales donnent sur le lac Témiscouata.

Le Fort Ingall a été reconstruit selon les techniques ancestrales.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

Ce site a aussi son importance dans l'histoire. Il s'agit du seul fort de campagne britannique au Québec, qui a été érigé en 1839 pour faire face aux Américains.

Il faut comprendre que le Fort Ingall a été installé ici pour nous protéger et maintenant, c'est notre devoir de le protéger.

Étienne Frenette, dg de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata
L'entrée du Fort Ingall.

Le Fort Ingall accueille les visiteurs depuis les années 1970.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

Pour assurer cette protection, les arquebuses seront peu utiles. Il faudra plutôt attendre l'aide du ministère de la Culture et des Communications.

D’après le reportage d’Alexandre Courtemanche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures