•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque obligatoire dans les transports en commun du Québec dès lundi

Une femmes portent un masque devant une affiche du métro.

La mesure sera obligatoire pour tous les usagers de 12 ans et plus.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Dès lundi, tous les usagers des transports en commun du Québec devront porter un couvre-visage. Les contrevenants se verront bientôt interdire l’accès aux autobus, aux métros et aux traversiers.

Québec avait annoncé cette mesure le 30 juin dernier.

Le gouvernement accorde toutefois une période de grâce de 14 jours pendant laquelle les usagers sans masque pourront malgré tout accéder aux transports en commun.

L’obligation ferme entrera donc en vigueur le 27 juillet. Aucune amende n'est prévue pour le moment. Mais à partir de cette date, les usagers qui ne porteront pas de couvre-visage ne pourront tout simplement pas monter à bord.

La mesure sera obligatoire pour tous les usagers de 12 ans et plus, mais elle est aussi fortement recommandée pour les plus jeunes, sauf pour ceux de moins de 2 ans.

À Montréal, la mairesse mise plutôt sur la responsabilisation citoyenne et dit vouloir éviter le recours à une approche punitive. On veut éviter une deuxième vague, alors il faut se responsabiliser, a dit Valérie Plante à la fin juin.

Déjà, des dizaines de milliers de masques ont été distribués gratuitement aux usagers de la Société de transports de Montréal (STM). À terme, quelque 1,5 million de couvre-visages devraient être offerts dans la région de Montréal.

Une femme tend un masque à un homme dans une station de métro de Montréal.

Opération de distribution de masques aux usagers du transport en commun à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pourquoi porter un masque?

Au début juin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu’elle conseille désormais de porter un masque dans les lieux très fréquentés des régions les plus touchées par le coronavirus.

Pourquoi? De plus en plus de preuves émergent quant à la transmission par l'air de la COVID-19. Selon l’OMS, la possibilité d'une transmission par voie aérienne dans les lieux publics, particulièrement bondés, ne peut pas être exclue.

Selon de nombreuses études, le port du masque, même fait maison, à l'échelle de la population ferait baisser la transmission du coronavirus à des niveaux contrôlables et prévenir de nouvelles vagues de contamination.

Comment porter un masque?

  • Lavez-vous les mains.
  • Placez le couvre-visage sur le nez et la bouche à l’aide d’une main. À l’aide de l’autre main, fixez-le derrière vos oreilles avec les élastiques.
  • Ajustez le masque sur votre nez et votre menton.
  • Changez le masque s’il est humide, souillé ou endommagé.
  • Ne gardez pas le couvre-visage accroché à votre cou ou pendu à une oreille.
  • Gardez-le sur votre visage et évitez de le toucher.
  • Enlevez votre masque en touchant seulement les élastiques.
  • Lavez votre masque avec le reste de votre lessive avant de le porter de nouveau.

Comment porter un masque?

Le port du masque devient obligatoire un peu partout

Par ailleurs, des éclosions isolées de COVID-19 ou la crainte d’une seconde vague ont poussé plusieurs municipalités canadiennes à imposer le port du masque non seulement dans les transports en commun, mais également dans les lieux publics fermés.

Dès le 27 juillet, le port du couvre-visage dans les lieux publics fermés sera obligatoire à Montréal.

La ville de Mercier imposera le masque dans les endroits publics fermés le 15 juillet prochain. Ormstown et Saint-Chrysostome ont aussi opté pour le port obligatoire du masque dans les espaces publics intérieurs.

À Ottawa, une motion similaire au règlement envisagé par Montréal doit être déposée au conseil municipal le 13 juillet.

À Toronto, il est déjà interdit d'utiliser les transports collectifs municipaux sans porter de couvre-visage. Plusieurs villes ontariennes obligent le port du masque dans les lieux publics intérieurs, dont Kingston, Windsor, Mississauga, Brampton, Caledon et la région de Durham.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé