•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté horticole s’épanouit grâce à un nouvel intérêt marqué pour le jardinage

Madison Pierce pose pour la caméra dans un jardin. Elle a un concombre dans les mains qu'elle montre fièrement.

Madison Pierce tient un concombre fraîchement cueilli, sa première récolte de la saison.

Photo : Radio-Canada / Aidan Geary

Radio-Canada

Les jardiniers du Manitoba remarquent un intérêt grandissant chez les jeunes depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Le Manitoba a connu ses premiers cas de la maladie en mars, à peu près le même moment où la plupart des jardiniers planifient leur jardin et commencent à planter à l’intérieur.

Avec l’imposition de restrictions en matière de santé publique, les ventes de semences et de plantes ainsi que le nombre de bénévoles dans les jardins locaux ont monté en flèche, souligne le copropriétaire de Sage Garden Greenhouse à Winnipeg, Dave Hanson.

Cela a coïncidé avec le début d’un véritable sentiment d’urgence entourant la situation de la COVID-19 au Canada , juge-t-il.

Le directeur général de T&T Seeds à Headingley a constaté une augmentation de 50% de ses ventes par rapport à l’an dernier.

Le site web de l’entreprise a même été fermé pendant cinq des neuf dernières semaines puisque le serveur ne pouvait pas répondre à la demande.

À un certain moment, nous n’avions plus de graines pour 175 variétés de fleurs et de légumes. Je pense que c’est formidable. C’est bon pour l’économie locale et c’est bon pour les gens , dit-il en parlant de l’intérêt pour le jardinage cette année.

Les jardins communautaires aussi profitent de la situation. Il y a un an, la participation moyenne aux jardins de Sustainable South Osbourne Community aurait été de trois ou quatre bénévoles, souligne le membre du conseil d’administration Mathew Scammell. 

Cette année, ils ont environ 50 nouveaux visages dans l’ensemble de la coopérative, dont bon nombre sont des jeunes.

Nous avons dû gérer une augmentation inattendue du nombre de jardiniers. Ça fait du bien parce que durable est dans notre nom et nous devons établir un lien entre les personnes plus âgées qui sont impliquées depuis très longtemps et les jeunes , dit-il.

De la laitue dans un jardin.

Le jardin de Sustainable South Osborne Community Co-op.

Photo : Radio-Canada / Aidan Geary

L’une de ces nouvelles bénévoles est Madison Pierce. Elle mentionne qu’elle voulait jardiner depuis longtemps, mais que le changement brusque de style de vie imposé par la pandémie l’a poussée à tenter sa chance.

Le jardinage lui apporte un sentiment de communauté, dit-elle, quelque chose de rare dans une pandémie qui exige l’isolement.

C’est aussi une source de sécurité alimentaire et d’indépendance qu’elle ne peut pas ignorer.

La coprésidente de Manitoba Master Gardener Association Diana Dhaliwal constate elle aussi une augmentation substantielle des demandes de conseils des nouveaux jardiniers, en particulier les jeunes et ce qui concerne la culture des aliments.

Son conseil pour les nouveaux jardiniers : ne pas être dur avec eux-mêmes si les choses ne vont pas aussi bien qu’ils espéraient.

Il y a une courbe d’apprentissage du jardinage, comme pour toute autre compétence et il y a toujours plus à apprendre. La pratique ne rend pas parfait, mais elle rend meilleur , souligne-t-elle.

Avec les informations d'Adrian Geary

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Jardinage