•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps humide en C.-B. pourrait signifier une récolte abondante de champignons sauvages

Les champignons apparaissent plus tôt qu’à l’habitude cette année dans la province, disent les experts.

Des pleurotes en huître qui poussent sur un tronc d'arbre.

Des pleurotes en huître

Photo : Liesl Wittkopf

Radio-Canada

Le temps humide de juin en Colombie-Britannique pourrait se traduire par une saison de champignons abondante pour les cueilleurs.

L’expert en mycologie et biologiste Dan Durall, qui vit dans la région de l’Okanagan, affirme qu’il pourrait s’agir d’une saison de cueillette des champignons comme il ne s’en produit qu’une fois par décennie dans la province.

C’est bizarre. Nous voyons des choses pousser que nous ne voyons habituellement qu’en septembre, octobre et novembre , note-t-il.

Le mycologue Hugues Massicotte, basé à Prince George, confirme lui aussi qu’il voit plusieurs champignons pousser de façon précoce cette saison.

Hugues Massicotte avec un champignon fraîchement cueillis dans chaque main.

Hugues Massicotte examine des champignons à floraison hâtive sur le campus de Prince George de l'Univertisé du Nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Andrew Kurjata

Cette semaine, nous avons vu des champignons que je n’avais jamais vu auparavant , souligne-t-il en précisant que l’automne dernier a été une bonne saison pour la cueillette des champignons, mais qu’il s’attend à ce que cette année soit encore meilleure.

Des morilles fraîchement cueillies.

Cette sorte de morille pousse au printemps et au début de l'été après un incendie de forêt l'année précédente.

Photo : Radio-Canada / Anita Bathe

La Colombie-Britannique abrite plus de 3 500 espèces de champignons, mais ils ne sont pas tous comestibles.

Il y a d'ailleurs eu plus de 200 appels au centre antipoison de la Colombie-Britannique l’an dernier liés à la consommation de champignons vénéneux.

C’est pourquoi les deux experts rappellent l’importance de s’éduquer sur les champignons, en suivant un cours en mycologie par exemple, afin de vous assurer que ceux que vous cueillez ne sont pas nocifs.

Si vous n’êtes pas certains, sortez avec des experts qui connaissent les champignons locaux, car il y a un énorme potentiel de vous rendre malade ou même vous tuer , conseille Dan Durrall.

Avec les informations des émissions Daybreak South et Daybreak North

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement