•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter suspend une cinquantaine de comptes associés à des suprémacistes blancs

Des manifestants tiennent un gros drapeau avec le logo du Mouvement identitaire, en Autriche.

Des manifestants brandissent le drapeau du Mouvement identitaire lors d'une protestation à Vienne, en 2019.

Photo : Getty Images / Michael Gruber

Radio-Canada

Twitter a suspendu plus de 50 comptes appartenant à des nationalistes blancs, à la suite de critiques sur sa façon de gérer le contenu extrémiste, a affirmé une source au courant du dossier à NBC News, vendredi.

La décision survient quelques jours après la publication d’un article de NBC News documentant la prolifération de contenu suprémaciste blanc sur les réseaux sociaux.

Les comptes en question ont été suspendus pour violation de nos politiques relatives à l’extrémisme violent, a affirmé Twitter dans une déclaration.

Dans un rapport publié mardi par le Global Project Against Hate and Extremism (GPAHE), Twitter et YouTube ont tous deux été critiqués pour avoir aidé des groupes nationalistes blancs à propager leur message et à recruter de nouveaux membres.

Le rapport avait pour point central la mouvance identitaire, une idéologie basée sur l’affirmation selon laquelle les personnes d’héritage européen sont en train d’être remplacées par les personnes immigrantes. Le GPAHE a identifié 67 comptes Twitter liés à des chapitres de ce mouvement dans 14 pays, des comptes suivis par 140 000 personnes au total.

Je crois que Twitter a pris une décision très importante, parce que cela signifie que les principaux groupes suprémacistes blancs, qui sont liés entre autres aux actes violents survenus à Christchurch et à plusieurs autres attaques, ne pourront plus utiliser Twitter pour faire de la propagande envers les personnes de couleur ou pour recruter de jeunes personnes, a affirmé Heidi Beirich, coautrice du rapport.

Mme Beirich fait ici référence à l’attaque de 2019 perpétrée contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, lors de laquelle un extrémiste de droite a abattu de sang-froid 51 personnes.

L’un des comptes suspendus appartient à Martin Sellner, leader du Mouvement identitaire en Autriche.

Un homme avec des lunettes explique quelque chose avec une main dans les airs.

Martin Sellner, leader du Mouvement identitaire, un groupe d'extrême droite établi en Autriche

Photo : afp via getty images / GEORG HOCHMUTH

C’est un autre acte de censure contre la liberté d’expression, a affirmé Sellner dans une entrevue téléphonique avec NBC News.

Nous sommes le seul groupe qui parle d’immigration massive et du remplacement de la population. Le courant dominant n’a aucune réponse à notre question : pourquoi devrions-nous accepter de devenir une minorité dans notre propre pays?

Avec les informations de NBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno