•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À peine lancée, la salle virtuelle Yoop suscite de l’intérêt à l’étranger

Louis Morissette sur le plateau de Tout le monde en parle.

Louis Morissette avait présenté la nouvelle plateforme Yoop lors de son passage à Tout le monde en parle, en avril dernier.

Photo : Avanti Groupe

Radio-Canada

Installé il y a quelques semaines sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier, l’espace Yoop a officiellement été lancé mercredi. Dans une conférence virtuelle, la plateforme payante de diffusion de spectacles et d’événements en ligne a annoncé qu’elle allait, en collaboration avec Solotech, s’installer dans quatre autres lieux, soit à Los Angeles, à New York, à Nashville et au Royaume-Uni.

L’espace Yoop est une autre façon de pouvoir présenter des spectacles sur Internet, avec un éclairage professionnel, un son de qualité et de multiples caméras. Imaginé par Benoît Fredette, président de l’entreprise enovLAB, le concept a pu se concrétiser grâce à l’aide du producteur et acteur Louis Morissette et de sa boîte de production KOTV.

La tournée de votre artiste préféré ne s’arrête pas dans votre ville? Vous ne pouvez pas vous permettre un billet de concert à un prix exorbitant? C’est exactement le genre de situation auquel Yoop propose une solution.

D’abord pensée comme un complément aux tournées traditionnelles, la plateforme Yoop a vu sa vocation se transformer à cause de la pandémie de COVID-19.

C’est un concept qu’on avait commencé bien avant la pandémie, avec la vision de pouvoir donner une chance à plus de gens d’assister [à des spectacles], explique Benoît Fredette, fondateur de Yoop, en entrevue à RDI économie.

La technologie était complétée avant la COVID, mais la pandémie nous a certainement forcé la main à la lancer plus rapidement. On a donc dû accélérer la commercialisation.

C’est très triste ce qui arrive à l’industrie en ce moment. On a vu une occasion d’aider les artisans, les techniciens, tous les gens qui travaillent [dans le milieu], poursuit M. Fredette.

D'ailleurs, la demande pour une plateforme comme Yoop serait surtout venue des artistes eux-mêmes.

Faire de la tournée, c’est difficile. C’est beaucoup de déplacements, c’est dur mentalement, physiquement, mais aussi pour les familles des artistes, explique-t-il.

On a aussi les artistes en début de carrière. Pour eux, c’est très coûteux de partir en tournée. [...] Ce n’est pas facile de bâtir un groupe d'admirateurs à travers le monde et partir en tournée, ce n’est pas tout le monde qui peut se l’offrir.

La plateforme permet donc à des artistes comme la jeune Alicia Moffet, qui a lancé son album il y a quelques semaines à l’espace Yoop de Montréal, de joindre des gens au Royaume-Uni, aux États-Unis, en France, à des coûts moindres que si elle devait s’y rendre en personne.

Inviter le public sur scène

Autre particularité de l’espace Yoop : une personne qui assiste à un spectacle peut se retrouver virtuellement sur scène et communiquer avec l’artiste par l’entremise d’un écran, si bien sûr elle est à l’aise d’être vue par le reste de l’audience.

Il peut y avoir 1000, 5000, 10 000 personnes qui nous regardent, mais il n'y a toujours que 64 personnes qui viennent sur le plancher. Elles sont changées aux 5 minutes, aux 10 minutes, comme on le souhaite, a expliqué Louis Morissette dans une vidéo publiée sur la page Facebook de la Place des Arts.

Laurent Duvernay-Tardif, médecin et joueur de football pour les Chiefs de Kansas City, a été impressionné par la beauté du décor installé sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier. Le 20 juin dernier, il a accordé une entrevue intime d’une heure à Louis Morissette, un premier événement dans l’espace Yoop.

Jamais je ne m’attendais à un décor aussi sophistiqué. C’est beau. Je pense qu’on a besoin de ça en ce moment. On est tannés des plateformes virtuelles un peu patentées. Là, on va avoir quelque chose de bien fait, à l’image de nos artistes, puis on va pouvoir faire des prestations de niveau muséal, a résumé l’athlète.

Au cours des prochaines semaines, Ingrid St-Pierre, Louis-Jean Cormier, Dominique Fils-Aimé, Eli Rose et Sarahmée se produiront dans l’espace Yoop de la Place des Arts. Le prix des billets varie de 10 $ à 20 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !