•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fête Pottahawk va de l'avant, malgré la pandémie

Cette fête annuelle rassemble jusqu'à 10 000 visiteurs du Canada et des États-Unis.

Des dizaines de personnes font la fête dans un lac, l'été.

Cette fête annuelle au large de Turkey Point, connue sous le nom de « Pottahawk Pissup », attire des fêtards des deux côtés de la frontière canado-américaine depuis vingt ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fête Pottahawk, qui attire des milliers de visiteurs sur le lac Érié, aura lieu au cours du weekend, malgré les inquiétudes des autorités locales.

Avec la pandémie de la COVID-19 qui sévit toujours et la frontière entre le Canada et les États-Unis encore fermée aux voyages non essentiels, les responsables du comté de Norfolk, en Ontario, sont surpris et déçus que la fête Pottahawk se poursuive cette année.

Cette célébration estivale, connue sous le nom de Pottahawk Pissup, a lieu chaque année lors du deuxième dimanche du mois juillet au large de Turkey Point, en Ontario, sur le lac Érié, attirant jusqu'à 10 000 fêtards canadiens et américains.

Je souhaitais que ce soit annulé cette année, dit un responsable des règlements municipaux du comté de Norfolk et ancien agent de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) aujourd'hui à la retraite, Jim Millson.

Nous ne voulons pas que Pottahawk soit considéré comme étant une source de transmission de cette maladie.

Jim Millson, agent municipal du comté de Norfolk

Je ne dis pas ça pour gâcher le plaisir de qui que ce soit, mais pourquoi prendre le risque? Nous avons vu ce qui s'est passé aux États-Unis et comment le nombre de [cas de coronavirus] a augmenté. Nous avons fait des progrès au Canada et nous devrions être fiers de cela, ajoute-t-il.

Des visiteurs responsables?

Des bateaux de la PPO patrouilleront sur l'eau et des agents municipaux seront sur les quais pour rappeler aux gens de respecter les mesures de distanciation physique.

Jim Millson demande également aux fêtards de ne pas partager de nourriture ou de boissons entre les occupants de différents bateaux.

La pandémie vient s'ajouter à un événement où la sécurité était déjà remise en question.

Il y a eu des agressions, des agressions sexuelles, des infractions de la loi sur les permis d'alcool. Il y a environ 130 ou 150 accusations par jour pour possession d'alcool à bord d'un bateau ou conduite avec les facultés affaiblies, note M. Millson.

Selon Jim Millson, le taux de participation à l'événement a diminué au cours des dernières années en raison des niveaux d'eau élevés, des prix du carburant et de certains des fêtards qui ont effrayé les familles qui pourraient y participer.

Il ajoute que la PPO surveille cette fête de près pour que les gens ne prennent pas les risques de boire et de naviguer comme ils avaient l'habitude de faire.

Avec les informations de cbc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique