•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plages de la région prises d’assaut

Un maître nageur surveille la plage de Magog.

La capacité maximale sur la plage de Magog est de 100 personnes.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Radio-Canada

Les plages de la région sont très prisées depuis le début de l'été, notamment avec les épisodes de canicule qui s’enchaînent depuis quelques semaines. Une popularité telle que les villes doivent en limiter l'accès et réduire le temps de baignade.

Véronique Alain est arrivée à la plage du lac Stukely, dans le parc national du Mont-Orford, à 11 h, ce vendredi. Une journée de canicule idéale pour se baigner. Elle a néanmoins dû rebrousser chemin, car la plage était déjà complète depuis une demi-heure. La famille a finalement profité du soleil à la plage de Magog.

Dès ce week-end, le temps passé sur les plages municipales de Magog pourrait être bien plus court, comme l’explique la mairesse Vicky May Ham.

Les gens vont être contrôlés à l’entrée. Ils vont devoir se laver les mains. On va limiter l’accès. Si on voit qu’il n’y a pas assez de roulement, ça se peut qu’on demande aux gens de ne pas rester plus longtemps qu’une heure dans l’eau. On le demande sur une base volontaire. Pour le moment, ça va bien, assure-t-elle.

Une mesure qui ne fait pas l’affaire de tout le monde, comme Véronique Alain, Montréalaise, qui a fait deux heures de route pour venir profiter de la plage à Magog.

Venir de Montréal seulement pour profiter, ce n’est pas vraiment plaisant, souligne-t-elle. Elle concède néanmoins qu’une heure, c’est mieux que rien, surtout qu’elle s’était fait refuser l’accès à la plage du lac Stuckely, plus tôt en journée

Son conjoint, lui non plus, n’était pas emballé par cette idée. Une heure c’est pas assez. Juste s’installer, ça prend 15 à 20 minutes. Se ramasser, c’est un autre 10, 15 minutes, lance-t-il.

10 minutes de baignade au lac Bromont

Du côté du lac Bromont, il y a un achalandage record depuis le début de l’été. À un point tel que la Ville a adopté des mesures draconiennes durant les fins de semaine. On a réduit le nombre de baigneurs à six à la fois. Ils peuvent se baigner 10 minutes à chaque fois, fait savoir Annie Cabana, responsable des plages à la Ville de Bromont.

Des nouvelles mesures qui demandent des effectifs supplémentaires. On a engagé des agents de sécurité pour être en mesure d’assurer le bon fonctionnement des activités sur le site et du stationnement, indique Mme Cabana.

La Ville de Magog a, elle aussi, augmenté ses effectifs pour faire respecter les nouvelles règles sanitaires. Probablement qu’on va mettre quelqu’un à l’entrée du stationnement de la plage des Cantons. Dès que la capacité maximale sera atteinte, [l’employé] pourra le dire aux gens pour qu’ils n’attendent pas pour rien, signale Vicki May Ham.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Vacances et sorties