•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vagues de chaleur éclipsent des records au Québec et en Ontario

Un ventilateur, un climatiseur, de l’eau fraîche à boire ou pour se baigner, une parcelle d’ombre et une crème glacée, voilà ce qui peut rendre heureux bien des Québécois et des Ontariens ces jours-ci.

Le reportage de Carla Oliveira.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

Les Québécois et les Ontariens ont chaud ces jours-ci, et les données d’Environnement Canada prouvent qu’ils ne sont pas nécessairement « moins résistants à la chaleur » qu’avant.

Depuis le 1er juillet, le mercure n’a cessé de dépasser la ligne des 30 degrés Celsius à Ottawa; une séquence de dix jours consécutifs. Montréal, de son côté, n’a eu qu’une journée de répit jusqu’à présent pour cette même période. Le 5 juillet, il a fait... 29,3 degrés Celsius.

En juin, des températures de 30 degrés ou plus ont été enregistrées du 17 au 23 juin, soit une série de sept jours, tant à Ottawa qu’à Montréal. Un record pour un mois de juin.

Il y a canicule ou épisode caniculaire quand on rencontre des températures d’au moins 30 degrés Celsius pendant trois jours consécutifs, au minimum. Les épisodes des mois de juin et de juillet se qualifient donc amplement.

La vague de chaleur accablante, la troisième cette année, a envahi le sud du Québec – à l’exception du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de Charlevoix et de la Réserve faunique des Laurentides – et une bonne partie de l’Est ontarien le jour de la fête du Canada.

La première vague avait sévi en mai, avant même l’arrivée de l’été. Le 27 mai 2020, Montréal a battu le record de la température la plus chaude pour les mois de mai, juin et juillet : le mercure a grimpé jusqu’à 36 degrés Celsius.

Un seul record absolu tient toujours à Montréal : celui du 1er août 1975, quand on a enregistré une température de 37,6 degrés.

Le temps très chaud tire à sa fin, mais comme l’humidité restera très présente dans l’air, il n’y aura pas de refroidissement marqué, a expliqué le météorologue Jean-Philippe Bégin à l’émission Midi info.

Il souligne que les averses et les orages prévus pour la fin de semaine dans le sud du Québec sont des restes de la tempête tropicale Fay qui sévit aux États-Unis et qui remonte la côte est américaine.

Comment se protéger des effets de la chaleur :

  • boire de 6 à 8 verres d'eau par jour;
  • éviter de consommer des boissons alcoolisées;
  • passer au moins 2 heures par jour dans un endroit climatisé ou frais;
  • prendre au moins une douche ou un bain frais par jour ou rafraîchir votre peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée;
  • réduire les efforts physiques;
  • porter des vêtements légers.

Pendant qu’on sue dans l’Est ontarien et dans le sud du Québec, les Britanno-Colombiens ont l’impression de leur côté d’être en octobre tant les températures sont largement sous la normale, atteignant péniblement les 20 degrés.

Les Saskatchewanais ne sont pas laissés de côté par mère Nature : une bonne partie du sud de la province fait encore l’objet de veilles ou d’avertissements d’orages violents. Samedi dernier, trois tornades se sont déchaînées dans ce secteur.

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conditions météorologiques

Environnement