•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois membres récents du Conseil consultatif sur la francophonie ont des liens avec le PCU

Les trois membres.

Les trois nouveaux membres sont (de gauche à droite) : Roger Fodjo, Lesley Doell et Dicky Dikamba.

Photo : Association camerounaise d'Edmonton / Twitter : Lesley Doell / Radio-Canada

Audrey Neveu

Le processus de nomination au Conseil consultatif de l'Alberta en matière de francophonie soulève des questions en raison des affiliations politiques passées de trois nouveaux membres. Dicky Dikamba, Lesley Doell et Roger Fodjo ont tous eu des liens plus ou moins étroits avec le Parti conservateur uni actuellement au pouvoir.

Créé en 2018 par le gouvernement néo-démocrate de Rachel Notley, le conseil guide le ministre responsable du Secrétariat francophone sur la mise en oeuvre de la Politique en matière de francophonie de l’Alberta. Il est composé de dix membres, dont un doit être un représentant de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) provinciale.

Lesley Doell remplace Marie-Laure Polydore en tant que représentante de l’ACFA provinciale au conseil. Son nom fait partie des trois candidatures soumises au gouvernement par l’ACFA provinciale.

Dicky Dikamba et Roger Fodjo comblent les deux places disponibles vu les départs de Pierre Vincent et Valentine Skeels. M. Vincent a démissionné lorsque sa conjointe Sheila Risbud a été élue présidente de l’ACFA provinciale afin d’éviter un conflit d’intérêts et le mandat de Valentine Skeels a pris fin le 13 juin dernier.

Le Secrétariat francophone a, de plus, renouvelé les mandats d’Anne-José Villeneuve et de Kyrsti MacDonald pour deux ans. Les autres membres sont Étienne Alary, François Eudes, Cindie LeBlanc, Monique Maisonneuve et Haboon Osman-Hachi.

Des membres affiliés au Parti conservateur uni

Le processus de nomination des trois nouveaux membres soulève toutefois des questions. Lesley Doell, conseillère pédagogique de l’Association canadienne des professeurs d’immersion, s’était présentée sans succès comme candidate à l’investiture pour le Parti conservateur uni dans la circonscription de Calgary-Varsity en 2018. L’écrivain Roger Fodjo a fait de même dans la circonscription d’Edmonton-Beverly-Clareview.

Roger Fodjo n’a pas voulu commenter sa candidature et Lesley Doell n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues.

Le directeur de l’organisme Volontaires unis dans l’action au Canada, Dicky Dikamba, a songé à aussi se présenter dans les rangs de Jason Kenney ces dernières années.

Dicky Dikamba discute avec Jason Kenney et un autre homme, non identifié, vu de dos.

Dicky Dikamba a rencontré l'actuel premier ministre Jason Kenney lors d'un événement organisé par le Parti conservateur uni en 2017.

Photo : Radio-Canada

Celui-ci affirme avoir été approché par des membres de la communauté francophone et du gouvernement pour le poste. Il estime qu’il a cependant été choisi pour son expertise en matière d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants et non pas pour ses possibles allégeances politiques.

Je n'ai jamais affiché mes couleurs politiques, quoique j'ai des accointances avec plusieurs membres du gouvernement, que ce soit le gouvernement conservateur [uni] ou [le gouvernement néo-démocrate précédent]. Je ne pense pas que ce soit ce qui m'a amené sur ce conseil, non, je ne pense pas, affirme-t-il.

Un processus de nomination partisan ?

Le politologue Frédéric Boily, de l’Université de l’Alberta, estime que l’affiliation politique est un des facteurs qui ont influencé ces nominations. Ici, je dirais qu'il y a un côté partisan, mais qui est contrebalancé par une compétence qui semble être reconnue dans le domaine de la francophonie, affirme-t-il. Selon lui, la représentation régionale et ethnoculturelle des dix membres du conseil semble toutefois maintenue grâce à ces trois nouveaux membres.

Frédéric Boily note que les nominations partisanes sont devenues fréquentes sous le gouvernement du Parti conservateur uni de Jason Kenney, mais que dans le cas du Conseil consultatif, un certain équilibre est maintenu, parce qu’il y a encore des membres des nominations antérieures qui sont encore là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Francophonie