•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des membres de la famille de Bill Morneau liés à UNIS

Bill Morneau parle à la Chambre des communes.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, ne s'est pas récusé de l'examen par le gouvernement d'un contrat de 19,5 millions de dollars pour UNIS, malgré la collaboration de deux membres de sa famille immédiate avec l'organisation caritative, a signalé CBC vendredi.

L'organisme UNIS – connu sous le nom de WE Charity, en anglais – avait été choisi par le gouvernement fédéral pour administrer les 900 millions de dollars de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. UNIS aurait reçu 19,5 millions de dollars pour la gestion du programme.

Le contrat a été toutefois annulé en raison du tollé qu'il a suscité. Le commissaire à l'éthique a décidé d'ouvrir une enquête sur un possible conflit d'intérêts du premier ministre dans ce dossier.

Les deux filles de Bill Morneau ont des liens très étroits avec l’organisation, et l'une d'elles en est une employée rémunérée, a d'abord révélé vendredi matin le site web Canadaland.

Sa fille Grace Acan travaille au service de voyages d'UNIS depuis 2019. Née en Ouganda, elle a rejoint la famille de M. Morneau à l'adolescence, en 2010, après avoir été parrainée pour s'établir au Canada.

Clare, l’autre fille du ministre des Finances, collabore également auprès d’UNIS, particulièrement depuis la publication de son livre intitulé Kakuma Girls. Celui-ci relate les histoires vécues d’étudiantes africaines dans un camp de réfugiés du Kenya.

Pendant ses études de niveau secondaire au Havergal College, Clare Morneau a mis sur pied un programme de correspondance entre son établissement d’enseignement et une école réservée exclusivement aux filles que l'entreprise de son père, le cabinet Morneau Shepell, finançait à l’intérieur du camp.

Depuis, elle a été engagée par l’organisation comme conférencière pour parler de ce partenariat en éducation. Elle a pris la parole lors de plusieurs événements, où des milliers d’étudiants se réunissent pour entendre des discours inspirants qui font la promotion de l'engagement civique.

En après-midi, le site d'UNIS ne faisait plus mention de Clare Morneau.

Explications du cabinet du ministre

Le porte-parole du ministre Bill Morneau, Pierre-Olivier Herbert, est formel : M. Morneau ne s’est pas récusé des discussions [concernant le contrat], a-t-il déclaré à CBC.

Toutefois, il précise que la recommandation qu'UNIS administre le programme est venue de la fonction publique.

À propos de l’emploi de Grace Acan, Pierre-Olivier Herbert soutient que le contrat de Mme Acan n'a absolument aucun lien avec les travaux que l'organisme a effectués avec le gouvernement du Canada.

Le cabinet du ministre souligne que le travail de Grace Acan est purement administratif et que son contrat se termine le 31 août prochain.

Elle [Grace Acan] est employée contractuelle d'UNIS dans un rôle administratif dans le département des voyages depuis 2019, suite à son stage dans le cadre de sa formation de premier cycle en développement communautaire. Elle a obtenu ce poste grâce à ses propres mérites, dit le porte-parole du ministre Morneau.

Comme des millions de Canadiens, Grace Acan a acquis une précieuse expérience de travail dans le secteur des organisations caritatives.

Pierre-Olivier Herbert, porte-parole du ministre Morneau

De plus, le cabinet du ministre indique que Clare Morneau, quant à elle, a collaboré avec UNIS en tant que bénévole.

Clare a pris la parole lors d'événements d’UNIS, ainsi que de nombreux autres événements publics, dans le contexte de la sortie de son livre sur des jeunes réfugiées. Elle n'a jamais été rémunérée pour ce travail. 100 % des profits du livre sont versés à une bourse d'études pour les réfugiés de Kakuma à l'Université de Toronto, indique Maéva Proteau, attachée de presse du ministre.

Quatre personnes sur scène lors d'un événement public.

Les cofondateurs d'UNIS, Craig et Marc Kielburger, présentent Justin Trudeau et Sophie Grégoire au public, lors d'un événement organisé en 2015.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Des liens avec la famille Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau est aussi invité à s'expliquer sur le fait qu'il ne se soit pas récusé dans l'octroi du contrat à UNIS, un organisme auquel sont liés des membres de sa famille.

CBC révélait jeudi que Margaret et Alexandre Trudeau avaient reçu des honoraires pour des discours prononcés lors d'événements organisés par UNIS, de 2016 à 2020.

Ces révélations poussent le Parti conservateur à réclamer une enquête policière pour déterminer si Justin Trudeau a commis une fraude envers le gouvernement dans l’affaire du contrat octroyé à l’organisme UNIS.

Le porte-parole conservateur en matière d'éthique, Michael Barrett, a déclaré vendredi matin que les ministres libéraux doivent révéler ce qu'ils savent et quand ils l'ont appris. Nous cherchons à obtenir la vérité et la reddition de comptes, a-t-il indiqué.

Les conservateurs n'ont toutefois pas l'intention de profiter de cette affaire pour renverser le gouvernement libéral minoritaire.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éthique

Politique