•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TikTok a supprimé 49 millions de vidéos pour avoir enfreint ses règles

Le réseau social dit d'ailleurs n'avoir reçu aucune demande d’information ou de suppression de contenus de la Chine.

Une image montrant le logo de TikTok, une note de musique blanche au rebord bleu d'un côté et rouge de l'autre.

Plus de 800 millions de personnes qui se servaient de TikTok en octobre 2019.

Photo : TikTok

Radio-Canada

Dans son dernier rapport de transparence publié jeudi (Nouvelle fenêtre), le réseau social TikTok rapporte avoir supprimé plus de 49 millions de vidéos dans les six derniers mois de l’année 2019 pour avoir enfreint ses règles.

Les vidéos représentent moins de 1 % du contenu téléversé sur la plateforme chinoise. L’entreprise dit que le quart des vidéos supprimées (25,5 %) contenaient de la nudité ou des actes sexuels, tandis qu’un autre quart d’entre elles (24,8 %) violaient ses règles de protection de la jeunesse.

D’après TikTok, 89,4 % des vidéos ont été enlevées de la plateforme avant même qu’elles aient obtenu un seul visionnement. L’entreprise n’a pas spécifié combien d’entre elles ont été supprimées par des êtres humains ou repérées par des algorithmes d’intelligence artificielle.

Demandes gouvernementales

Les gouvernements ou les services policiers ont fait 500 demandes légales d’information à TikTok dans les six derniers mois de l’année 2019. C’est une augmentation de plus de 66 % par rapport à l’an dernier.

L’Inde, qui a récemment banni TikTok pour des raisons de sécurité, a formulé plus des deux tiers de ces demandes. TikTok a partagé les données dans 90 % des cas.

Ce sont au total 26 pays qui ont demandé à TikTok de partager des données. Le Canada s’est vu refuser une seule de ses cinq demandes d’information.

La question chinoise

Alors que l’Inde a déjà banni TikTok et que les États-Unis songent à emboîter le pas pour des raisons de sécurité nationale, le réseau social dit n’avoir reçu aucune demande d’information ou de suppression de contenus de la Chine.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a dit lundi qu’il conseillait aux gens d’installer TikTok sur leur téléphone seulement s’ils veulent mettre leurs informations personnelles dans les mains du Parti communiste chinois.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo

Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo.

Photo : Associated Press / Jeff Chiu

Une personne représentant TikTok auprès des médias a défendu l’entreprise dans une déclaration fournie au réseau CNN, soutenant que cette dernière était menée par un PDG américain et que sa priorité était la sécurité des utilisateurs et utilisatrices.

Nous n’avons jamais fourni de données personnelles au gouvernement chinois, et nous ne le ferions pas si cela nous était demandé, a-t-elle ajouté.

Cela fait plusieurs mois que TikTok inquiète la classe politique américaine, qui craint que l’application de l’heure chez les adolescents et adolescentes soit utilisée par Pékin pour les espionner.

L’an dernier, une enquête du Washington Post a révélé que l’équipe de modération de TikTok supprimerait tout contenu jugé culturellement problématique par le gouvernement chinois, selon d'ex-membres du personnel.

Ninja et Amazon suppriment TikTok

Selon les informations du New York Times, le géant américain du commerce en ligne Amazon aurait demandé vendredi aux membres son personnel de supprimer TikTok de leurs téléphones en raison des risques de sécurité .

Le célèbre diffuseur de jeux vidéo Tyler Ninja Belvins a par ailleurs annoncé vendredi sur Twitter qu’il avait également supprimé TikTok.

J'ai supprimé l'application TikTok de tous mes appareils. J'espère qu'une entreprise moins intrusive (collecte de données) et qui n'appartient pas à la Chine pourra reproduire le concept légalement, avec des contenus aussi drôles publiés par des influenceurs, pouvait-on lire dans le gazouillis.

Plus de 800 millions de personnes se servaient de TikTok en octobre 2019, selon des informations dévoilées par sa société mère Bytedance. Le quart d’entre elles résidaient en Inde.

Avec les informations de The Verge, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno