•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Si le tracé du tramway doit être réduit, il le sera à Charlesbourg

Esquisse du réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec.

Le projet actuel prévoit que la ligne de tramway se rendra jusqu'à la 76e Rue, dans l'arrondissement de Charlesbourg.

Photo : Ville de Québec

La Ville de Québec a déjà déterminé quelle portion du tramway sera amputée si des contraintes budgétaires l'obligent à réduire la portée du projet. La portion du tracé située dans l’arrondissement de Charlesbourg pourrait être raccourcie ou carrément abandonnée.

Dans l’éventualité [où le projet] coûtait plus cher que prévu [...] on pourrait, par exemple, raccourcir le tramway en partie ou complètement entre la 76e et la 41e [Rue] , a déclaré Régis Labeaume vendredi.

Le maire de Québec a toutefois précisé qu’il s’agit d’un scénario hypothétique qui a été élaboré afin de parer à toute éventualité.

Son administration devra attendre au mois de juillet 2021 pour savoir si les estimations de coûts préparées par le bureau de projet sont supérieures ou inférieures aux conditions réelles du marché.

Quand [tu planifies] un projet comme celui-là [...] il faut que tu aies des hypothèses comme ça parce que quand tu te fais poser la question : "admettons que c’est plus cher que prévu", bien tu dis la réponse : "on va faire ça".

Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire réagissait à une déclaration faite jeudi par le directeur du projet de réseau structurant de transport en commun, Daniel Genest, devant la commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Régis Labeaume répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse au Marché public de Sainte-Foy.

Le maire de Québec, Régis Labeaume

Photo : Radio-Canada

M. Genest a reconnu qu’une révision à la hausse des coûts de construction obligerait la Ville de Québec à réduire une fois de plus la portée du projet. Cela pourrait se traduire par un rétrécissement du tracé de la ligne de tramway.

La municipalité a déjà fait une croix sur les trambus, les voies dédiées au transport en commun et les remontées mécaniques entre la Basse-Ville et la Haute-Ville afin de se conformer au budget de 3,3 milliards de dollars.

Une camisole de force

Ce verrouillage de l’enveloppe budgétaire a été critiqué, vendredi, lors de la cinquième journée des audiences de la commission d’enquête du BAPE.

Le directeur général d’Accès transports viables, Étienne Grandmont, a déploré l’abandon de plusieurs éléments du réseau structurant attribuable à des contraintes budgétaires. Selon lui, il n'est pas usuel de fixer l'enveloppe budgétaire d'un projet avant même d'avoir complété sa conception préliminaire.

Pourquoi le gouvernement du Québec impose une camisole de force budgétaire au projet de réseau structurant de transport en commun de Québec alors qu'il ne le fait pas pour d'autres projets? a demandé M. Grandmont.

Un représentant du ministère des Transports lui a répondu que le respect du budget était un élément central et qu’un financement supplémentaire n’était pas envisageable.

Esquisse d'une station souterraine du tramway.

Des raisons budgétaires pourraient faire passer le nombre de stations souterraines de 3 à 2.

Photo : Ville de Québec

Le gouvernement du Québec est le principal contributeur financier au projet de réseau structurant. Sa part s’élève à 1,8 milliard de dollars, comparativement à 1,2 milliard pour le gouvernement fédéral.

La Ville de Québec apporte pour sa part une contribution de 300 millions de dollars.

Le dossier d’affaires sera dévoilé

L’administration Labeaume a par ailleurs essuyé un nouveau revers devant la commission d’enquête du BAPE vendredi.

Cette dernière a annoncé qu’elle allait rendre public le dossier d’affaires du tramway, contrairement au souhait de la Ville.

La commission d’enquête juge que le document s’avère nécessaire à ses travaux dans un esprit d’accès à l’information et de saine gestion des fonds publics. Le dossier permet à la commission d’apprécier le contexte d’élaboration du projet et ses grands paramètres, peut-on lire dans un communiqué de la commission d’enquête.

Des personnes assises dans une grande salle participent à des audiences publiques du BAPE.

La première partie des audiences de la commission d'enquête du BAPE sur le tramway s'est conclue vendredi.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Québec n’a pas l’intention de contester cette décision. Par conséquent, le dossier d’affaires du projet de tramway sera publié le 17 juillet, à 9 h, sur le site Internet du BAPE.

Le BAPE a annoncé en fin de journée vendredi qu’il mettait fin à la première partie des audiences publiques portant sur le tramway.

Les citoyens qui souhaitent soumettre une question additionnelle pourront le faire en utilisant le registre prévu à cette fin sur le site du BAPE. Le registre sera ouvert jusqu’à 17 h, dimanche.

La deuxième partie des audiences publiques débutera le 3 août.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun