•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passe d’armes et accusations d’intimidation à l'Assemblée législative albertaine

Marie Renaud pendant une conférence de presse.

La députée néo-démocrate albertaine Marie Renaud accuse le député conservateur Shane Getson d'avoir tenté de l'intimider pendant une séance parlementaire.

Photo : Peter Evans

Radio-Canada

Les députés du Parti conservateur uni (PCU) et du Nouveau Parti démocratique (NPD) s’accusent mutuellement de marginaliser et d’intimider les femmes politiciennes, après l'expulsion d'une membre néo-démocrate des débats de la chambre.

Le torchon brûle à l'Assemblée législative de l’Alberta depuis deux jours. La députée de St-Albert, Marie Renaud, s’est fait exclure, mercredi, par le vice-président, Nick Milliken, alors qu’elle se plaignait d’être victime d’intimidation de la part d’un membre du PCU.

Marie Renaud était en train de commenter le projet de loi 30 sur le système de santé, quand elle a accusé le député conservateur Shane Getson de faire des gestes et des expressions faciales dans le but de l’intimider.

Suite à ces accusations, le vice-président de la chambre lui a demandé de retirer ses commentaires et de présenter ses excuses au député du PCU.

La députée a bien voulu retirer son commentaire, mais a refusé de s’excuser, entraînant par la même son expulsion de la séance en cours. Pour Nick Milliken, les remarques de Marie Renaud étaient insultantes et avaient pour but de semer le désordre.

D’un point de vue personnel, c’est humiliant. Je tentais juste de faire mon travail, a pour sa part déclaré Marie Renaud, jeudi, lors d’une conférence de presse. Le NPD a aussi mis en doute l’impartialité de Nick Milliken et a appelé à son renvoi.

Le député Shane Getson considère pour sa part l’incident comme étant clos. À aucun moment je n’ai tenté de l'intimider, et je rejette toute allégation disant le contraire, a-t-il tenu à clarifier par écrit à CBC News.

Les députés se renvoient la balle

Depuis cet incident, les membres du parti au pouvoir et ceux de l'opposition officielle s’accusent mutuellement de misogynie et d’intimidation.

Le PCU a accusé le NPD de sexisme, plus tôt cette semaine, lorsque le député néo-démocrate d’Edmonton Gold Bar, Marlin Schmidt, a déclaré être content que l’ancienne première ministre britannique, Margaret Thatcher, soit décédée.

Ça n’est pas la première fois que les relations sont houleuses à l’Assemblée législative.

En juin 2019, Jason Kenney, alors nouvellement élu à la tête de la province, avait suscité l’indignation en distribuant des bouchons d’oreilles aux membres de son parti, pour ne pas que ceux-ci aient à écouter les insultes, mensonges et la rhétorique exagérée du NPD pendant des heures, lors des débats sur un projet de loi sur les arbitrages salariaux.

Pour l’heure, le bureau du président de la chambre affirme que l’incident est étudié.

Par ailleurs, une motion déposée par le NPD et visant à discuter de l’éventuel renvoi de Nick Milliken a été rejetée par le PCU.

Marie Renaud assure elle que l’incident n’a pas entaché sa volonté de continuer à faire son travail. Pour les femmes qui regardent, et celles qui marchent dans nos pas, qui prendront place sur nos sièges, le changement est en marche, a-t-elle encore fait savoir.

Avec des informations de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale